Paris Match Belgique

Et si on faisait la paix avec le célibat ?

Malgré un nombre de célibataires en constante augmentation, le couple reste une injonction à laquelle il est difficile d’échapper. | © NeONBRAND / Unsplash

Société

Dans la bande dessinée « Single Ladies ! Et si on faisait la paix avec le célibat ? », la dessinatrice Marine Spaak déconstruit les préjugés qui collent à la peau des femmes célibataires. 

Après avoir traité du viol conjugal et de l’idéal de la maternité, Marine Spaak, l’auteure du blog Dans mon tiroir signe une nouvelle bande dessinée qui explique pourquoi le célibat féminin fait peur. En quelques planches aussi drôles qu’informatives, elle rappelle les préjugés et la culpabilité qui pèsent sur les femmes seules.

Lire aussi >  La sologamie : l’art de mieux s’aimer en se mariant à soi-même

Contre les stéréotypes culturels de la « célibataire endurcie » qui conditionnent les femmes à attendre désespérément le prince charmant pour se sentir comblées, Marine Spaak pousse un coup de gueule. Tout le monde connaît la fin des contes de fées : l’arrivée du prince permet de croire que l’amour va combler nos failles, et que le bonheur passe nécessairement par la vie de couple.

Publiée par Dans Mon Tiroir sur Samedi 4 août 2018

La pression sociale et culturelle

De l’invisibilité des femmes célibataires dans l’histoire à l’influence de la religion catholique en passant par nos modèles culturels, la dessinatrice règle ses comptes avec la pression sociale qui pèse sur les femmes. Elle explique que « c’est un peu comme si nous pensions qu’il était plus important pour les femmes que pour les hommes de trouver quelqu’un avec qui faire sa vie ».

[6] Myriam Levain, « Pourquoi le célibat féminin fait-il encore si peur ? », Cheek Magazine, Enquête [en ligne], mis en…

Publiée par Dans Mon Tiroir sur Samedi 4 août 2018

Lire aussi > Au Danemark, le célibat prolongé a un goût de cannelle

Hors des normes

Pourtant, ce sont le plus souvent les femmes qui sont à l’origine des séparations. Par ailleurs, il semblerait qu’elles aient le moins à perdre en se retrouvant seules. Malgré tout, c’est sur elles que pèse la pression qu’en étant seule, elles ont dérogé à la règle. Marine Spaak démontre ainsi que les femmes n’ont pas besoin d’être en couple pour être heureuses. Avec ces bulles féministes, elle souhaite faire évoluer les mentalités.

CIM Internet