Paris Match Belgique

Les couches pour bébé, toujours aussi toxiques

Certaines marques de couches pour bébé contiennent encore des substances toxiques. | © Unsplash / Janko Ferlič

Société

La revue 60 millions de consommateurs épingle une nouvelle fois certaines marques de couches-culottes dans lesquelles on trouve encore des traces de pesticides.

 

L’an passé, le constat était alarmant. En se penchant sur la composition des couches pour bébé, le magazine 60 millions de consommateur signalait à l’époque la présence récurrente de substances toxiques et de pesticides dans les couches jetables pour nourrissons. Leurs analyses révélaient la présence de résidus de glyphosate, des traces de dioxines ou encore d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Un an plus tard, certains fabricants ont revu leurs procédés, mais une nouvelle étude de la revue française pointe à nouveau du doigt la composition de certains produits, toujours aussi toxiques.

Bonnes nouvelles, mauvaises surprises

« Couches bébé : encore trop de résidus toxiques », titre 60 millions de consommateurs dans son nouveau numéro consacré aux couches et aux produits d’hygiène. Après avoir été pointées du doigts, les marques ont-elles tiré les enseignements de leurs mauvais résultats ? Pour le savoir, le magazine français a réalisé de nouvelles analyses. Résultat, sur 155 références passées au crible : de « bonnes nouvelles et de mauvaises surprises », résume à France Info Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint du magazine.

Lire aussi > Tampons toxiques : 5 alternatives pour se protéger sans se méfier

Sur les douze enseignes étudiées, un tiers d’entre elles (dont Lotus, Lillydoo, Love & Green et Lotus) contiennent toujours des substances toxiques. Des traces de résidus de glyphosate ont notamment été retrouvées, sans compter la présence de « composés organiques volatils (ou COV) », un polluant pouvant provoquer « des irritations de la peau, des muqueuses ou du système pulmonaire »Et si la quantité de substances indésirables reste très faible, le risque sanitaire « ne peut être écarté », estime 60 Millions de consommateurs.

Des traces de résidus de glyphosate ont été retrouvées chez certaines marques, sans compter la présence de « composés organiques volatils (ou COV) », un polluant pouvant provoquer« des irritations de la peau, des muqueuses ou du système pulmonaire ». © Pixabay / heymattallen

Pression et transparence

Heureusement, le géant de l’hygiène pour nourrisson Pamper’s fait jusqu’à présent preuve de bonne conduite. Cette année, aucune trace (significative) de résidu toxique n’a été retrouvée dans ses couches, confirme l’enquête. « Preuve que l’objectif est atteignable, et cela dans des délais relativement courts », ont déclaré les auteurs de l’étude, comme pour encourager les marques qui demeurent sur le banc des accusés. Le magazine souligne cependant que « les fabricants ne font toujours pas figurer, sur chaque emballage, le nom des matières premières qui entrent dans la composition de leurs couches », même si certaines marques le précisent sur leur site web.

Lire aussi > 5 conseils pour se débarasser des pesticides qui nous gâchent la vie

« Pour arriver au zéro résidu toxique dans les couches, quelles que soient les matières premières utilisées ou le sous-traitant, un contrôle plus sévère des processus de fabrication s’impose ainsi qu’une réglementation plus stricte » sur la transparence de ce type de produits qui met en danger la santé de nos bébés, conclut l’enquête.

CIM Internet