Paris Match Belgique

En Pologne, une émission de télé-réalité fait retracer la route des réfugiés à ses participants

go back to where you came from pologne migrants télé-réalité

Des réfugiés afghans sur l'île de Lesbos en Grèce, le 6 août 2018. | © AFP PHOTO / Aris MESSINIS.

Société

Go Back To Where You Came From (« Reviens d’où tu viens ») va suivre six citoyens polonais remonter le périple des migrants de Berlin jusqu’en Irak.

« Comment cette errance affectera-t-elle le point de vue des participants sur l’immigration ? Cela changera-t-il la manière dont ils perçoivent leur propre vie ? », s’interroge la production de l’émission Go back to Where You Came From dans un communiqué. L’idée n’est pas neuve, vient d’Australie et a déjà fait polémique dans notre royaume, et suscite toujours autant le débat. L’idée : suivre six citoyens polonais remonter le chemin des migrants de Berlin jusqu’en Irak. Go Back To Where You Came From (« Reviens d’où tu viens ») annonce les faire « vivre comme les réfugiés et avec des réfugiés pendant près d’un mois », précise la chaîne de télévision privée TVN.

« Ce sera l’une des expéditions les plus difficiles de leur vie »

Les participants à cette télé-réalité, au nom plus que provocateur et sans équivoque, ne voyageront qu’avec leur passeport, un peu d’argent et leur téléphone à travers l’Allemagne, la Hongrie et la Serbie avant d’atteindre la Grèce et de prendre un bateau pour traverser la Méditerranée. Une fois le Kurdistan atteint, ils passeront du temps dans un camp de réfugiés. Le tout sous l’oeil (objectif ?) des caméras. L’émission est basée sur la version australienne du même nom, diffusée entre 2011 et 2015. De nombreuses personnes s’empressent déjà d’accuser la production de profiter de la souffrance des migrants pour faire de l’audimat, et gagner beaucoup d’argent.

Pour Bogdan Czaja, programmateur chez TVN, il s’agit plutôt de contribuer au débat sur l’immigration : « Nous sommes bien au fait que c’est un sujet politique sensible et controversé », s’est-il justifié auprès du média en ligne polonais Press. Piotr Kraśko, le journaliste qui anime l’émission, est d’ailleurs persuadé que « les gens ne se seraient pas engagés dans la production s’ils pensaient que c’était non éthique ». Malgré le scénario artificiel, la production insiste pour dire que ce n’est pas vraiment une télé-réalité mais un documentaire qui veut ouvrir le débat.

Lire aussi > Des enfants migrants obligés de se prostituer pour passer la frontière franco-italienne

Diffusée pour la première fois en juin 2011 sur la chaîne australienne SBS, l’émission avait rapidement suscité un fort engouement de la part des téléspectateurs dans un pays en plein débat sur l’immigration. Go Back To Where You Came From avait carrément remporté en 2013 un prix aux International Emmy Awards, qui récompensent les meilleurs programmes de télévision diffusés hors des États-Unis.

Une Pologne qui se replie

L’attitude des Polonais envers les migrants s’est détériorée depuis le début de la crise migratoire en 2015. La Pologne a un des taux les moins élevés de population née hors de l’Europe, moins de 2%, et la proportion de personnes nées en dehors de l’Union européenne est encore plus faible, soit 1,1%. Mais comme dans beaucoup d’autres pays, la population surestime ces taux et évalue en moyenne le taux d’immigrés à 10% de la population totale.

Lire aussi > L’Europe face aux migrants : « Une priorité : lutter contre les passeurs »

Un sondage conduit par le Centre de recherche sur l’opinion publique polonaise, en juin, a montré que seulement 5% des citoyens polonais pensent que les réfugiés qui fuient une guerre devraient pouvoir s’installer dans le pays, contre 14% en 2015. 29% estiment que les réfugiés devraient être autorisés à rester avant de pouvoir rentrer dans leur pays. Enfin, 60% considèrent que les personnes qui fuient un conflit ne devraient pas être accueillies en Pologne, contre 21% en 2015.

Plus de 1500 réfugiés sont morts en tentant de traverser la mer Méditerannée pour rejoindre l’Europe depuis le début de l’année. La moitié d’entre eux ont perdu la vie rien que sur les mois de juin et juillet, avait précisé début août le le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) des Nations unies.

CIM Internet