Paris Match Belgique

Quand l’industrie de l’armement fait sa pub dans les écoles

armement enfants écoles

Image d'illustration. | © EPA / GEORGI LICOVSKI.

Société

Les professionnels de l’armement défendent ces pratiques par la nécessité de susciter de nouvelles vocations chez les jeunes.

Le Guardian révélait ce samedi 1er septembre les vastes campagnes opérées par l’industrie de l’armement, en Europe et notamment au Royaume-Uni, à destination des plus jeunes. Des millions seraient ainsi dépensés tous les ans pour promouvoir les plus gros exportateurs d’armes dans les écoles. Des pratiques qui font froid dans le dos.

Lire aussi > « Jamais sans mon flingue » : La folie des armes aux États-Unis

« Les entreprises, qui ont entre-temps vendu des dizaines de milliards de livres d’armes à des gouvernements étrangers, y compris à ceux où les droits humains sont bafoués, sponsorisent une série d’événements scolaires lors desquels leurs marques sont affichées en évidence. En plus de cela, ils distribuent du matériel pédagogique à utiliser dans les salles de classe qui font la promotion du secteur de la défense, sponsorisent des concours et décernent des prix », détaille l’article du Guardian.

« Améliorer leur réputation et normaliser leur business épouvantable »

C’est notamment l’entreprise BAE Systems, la plus grande compagnie d’armement en Europe, qui est pointée du doigt. Rien que pour 2017, BAE aurait visité 420 écoles pour faire la promotion de ses produits. Et depuis 2005, 213 000 jeunes enfants auraient assisté à ses événements. BAE se félicite même d’avoir 845 ambassadeurs, dont une bonne partie dirigent des écoles.

« Les sociétés d’armement ne ciblent pas les écoles parce qu’elles se soucient de l’éducation. Elles le font parce qu’elles veulent améliorer leur réputation et normaliser leur business épouvantable », déplore Andrew Smith, activiste impliqué dans la « Campaign Against Arms Trade » (« Campagne contre les exportations d’armes »). « Quand ces entreprises font leur promotion auprès des enfants, elles ne parlent pas de l’impact mortel de leurs armes. Beaucoup de ces entreprises tirent des profits de la guerre et ont alimenté des atrocités dans le monde entier », poursuit-il.

Lire aussi > Le gouvernement américain n’étudiera pas le rôle des armes dans la sécurité scolaire

L’entreprise française Thales, dixième armurier mondial, a de son côté créé deux mascottes prénommées « Raybot et Faybot », des petits robots qui font la promotion de l’entreprise à destination d’un jeune public. Ressources pédagogiques, événements régionaux et jeux de simulation pour construire des missiles sont autant d’activités créées par Thales pour les plus petits. 

Raybot et Faybot. © Thales Group.

Ces gros armuriers se défendent en arguant que ces campagnes visent avant tout à susciter des vocations, notamment dans l’ingénierie. Il n’est cependant pas très rassurant de voir nos plus petits sous l’influence de certains des plus gros exportateurs d’armes au monde.

CIM Internet