Paris Match Belgique

Le Russe qui avait envahi la pelouse lors de la finale du Mondial hospitalisé

mondial russie

L’invasion du terrain par le collectif russe Pussy Riot, lors de la finale France-Croatie. | © IMAGO

Société

Un membre des Pussy Riot qui avait envahi la pelouse pendant la finale du Mondial 2018 a été hospitalisé dans un état grave à Moscou, a annoncé jeudi une membre du groupe russe contestataire. 

Selon Veronika Nikoulchina, Piotr Verzilov a commencé à se sentir mal mardi soir, quelques heures après un procès où elle comparaissait pour désobéissance envers un policier et où l’homme s’était déplacé pour la soutenir. « Dans la soirée, il a commencé à se sentir mal. Il a perdu la vue, sa vue s’est obscurcie. On a mis ça sur le compte de la fatigue mais c’est ensuite devenu pire, il ne pouvait plus parler, il ne me reconnaissait pas », a déclaré Veronika Nikoulchina, qui est aussi sa compagne, à la radio Echo Moskvy.

Lire aussi > Pourquoi les Pussy Riot ont fait du bien à ce Mondial

« Je n’exclus pas la possibilité qu’il y ait eu une intervention extérieure », a-t-elle ajouté, précisant qu’il fallait attendre les résultats des examens médicaux. Selon Veronika Nikoulchina, Piotr Verzilov n’avait aucun antécédent médical de ce type. Verzilov est hospitalisé au service de réanimation toxicologique d’un hôpital du nord-est de Moscou. D’après Veronika Nikoulchina, « les médecins disent que son état est grave mais ne donnent pour l’instant aucune information ».

Veronika Nikoulchina et Piotr Verzilov, qui avait lui aussi comparu cette semaine pour désobéissance à un policier, font partie des quatre membres du groupe Pussy Riot qui s’étaient introduits sur le terrain pendant la finale de la Coupe du monde de football, vêtus d’uniformes de police. Ils avaient écopé de 15 jours de prison pour cette intrusion.

Lire aussi > Dans « Police State », leur nouveau clip avec Chloë Sevigny, les Pussy Riot comparent Trump à Poutine

Piotr Verzilov est le fondateur du site MediaZona, qui informe sur les procès des défenseurs des droits de l’homme. Récemment, il travaillait aussi sur un film avec Alexandre Rastorgouïev, tué en août avec deux autres journalistes en Centrafrique alors qu’ils enquêtaient sur la présence dans ce pays d’Afrique centrale de mercenaires russes.

CIM Internet