Paris Match Belgique

Australie : pourquoi une petite fille de neuf ans refuse de se lever pendant l’hymne national

Écolière

L'enfant considère que l'hymne national australien méprise la population indigène | © Unsplash

Société

Harper considère que les paroles de l’hymne méprisent les indigènes australiens. Son geste a été vivement critiqué par les autorités.

 

Certains législateurs ont considéré que l’enfant n’avait pas « respecté les troupes » , une sénatrice qu’elle avait été victime d’un « lavage de cerveau ». À neuf ans, Harper Nielsen a fait parler d’elle au plus haut niveau. Son crime ? Avoir refusé de se lever lors de l’hymne nationale à l’école, en protestation aux paroles de ce dernier. L’enfant considère en effet que l’hymne, à l’instar de la nation, méprise les indigènes. Elle a par après été envoyée en retenue par l’école , obligée d’écrire une lettre d’excuses et menacée d’être renvoyée de l’établissement selon les dires des parents, considérant par ailleurs ces sanctions « trop sévères ». L’école a démenti.

Lire aussi > Nike et Colin Kaepernick font l’Histoire avec leur nouveau spot publicitaire

Indigènes méprisés

« Je ne suis pas quelqu’un qui va se plier aux règles imposées par les personnes plus agées juste parce qu’elles sont plus âgées », a déclaré la jeune Harper interrogée par 9 News. Selon ses dires les paroles de l’hymne national ne respectent pas la population indigène australienne. « Lorsqu’elles disent ‘fais avancer l’Australie’, cela signifie ‘fais avancer les Blancs d’Australie' ». Et ce n’est pas tout : « Lorsqu’on chante ‘Nous sommes jeunes’, on méprise les indigènes qui sont arrivés avant nous et qui sont sur le territoire depuis plus de 50 000 ans ».

Si ses parents se sont dits fiers du militantisme de leur fille, une « personne très courageuse » selon les termes du père, le geste de l’enfant a été vivement critiqué par les politiciens australiens. L’ancien premier ministre lui-même a déclaré que se lever lors de l’hymne nationale, c’était faire preuve de « bonnes manières ». La sénatrice Pauline Hanson – qui, dans ses positions se montre résolument opposée à augmenter les aides pour les indigènes australiens- a posté un message sur les réseaux sociaux accusant les parents d’Harper d’utiliser leur fille comme un « pion politique » : « Elle a voulu marquer le coup, parce que ses parents sont derrière elle (…) Mais il y a des règles dans ce pays ».

La population indigène australienne est frappée par le chômage, a une espérance de vie dix ans en dessous de la moyenne du pays et un taux plus élevé de suicides, d’alcoolisme et d’obésité. Le geste de la jeune Harper n’est pas sans rappeler celui du quarterback américain Colin Kaepernick  qui s’était agenouillé lors de l’hymne national américain, en protestation aux violences policières.

Lire aussi > Colin Kaepernick, nouvelle égérie engagée Nike

CIM Internet