Paris Match Belgique

Jonathan, le jeune chômeur qui a échangé avec Macron « l’a un peu en travers de la gorge »

jonathan jahan emmanuel macron

Jonathan à gauche, discutant avec Emmanuel Macron. | © DR.

Société

Le jeune horticulteur à qui Emmanuel Macron a répondu qu’il suffisait de « traverser la rue » pour trouver un travail, lui conseillant de changer de secteur d’activité, revient sur sa discussion avec le chef de l’État français.

Son échange avec le président a fait le tour des médias. Samedi, Jonathan Jahan, en recherche d’emploi dans l’horticulture, était à l’Élysée qui ouvrait ses portes au public dans le cadre des Journées du patrimoine. Le jeune homme de 25 ans y a croisé le président de la République dans les jardins du palais. « Je ne m’attendais pas à le croiser au départ, raconte-t-il au micro d’Europe 1. J’ai pris une photo avec lui, je lui ai serré la main et puis je me suis dit : c’est le moment où jamais de lui poser la question ».

La suite de l’échange est connue et a suscité de nombreux commentaires depuis samedi. « J’ai 25 ans, j’ai beau envoyer des CV et des lettres de motivation, ça ne fait rien », explique Jonathan au président de la République. « Vous voulez travailler dans quel secteur ? », lui demande Emmanuel Macron. « À la base, je suis en horticole », répond le jeune homme. Le président lui suggère alors de changer de secteur. « Si vous êtes prêt et motivé, dans l’hôtellerie, les cafés et la restauration, dans le bâtiment, il n’y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu’ils cherchent des gens. Pas un ! Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve! », poursuit-il en désignant d’un geste les rues alentour. Emmanuel Macron l’a également invité à aller frapper aux portes des bars et restaurants du quartier de la gare Montparnasse. « Vous faites la rue avec tous les cafés et les restaurants… Franchement, je suis sûr qu’il y en a un sur deux qui recrute en ce moment. Allez-y ».

Lire aussi > Du travail « je traverse la rue, je vous en trouve » : la phrase de Macron crée la polémique

J’avais envie de lui dire : dans ce cas-là, venez avec moi en chercher !

« Ce qu’il a dit n’est pas normal. Je l’ai eu un peu en travers de la gorge, j’avais envie de lui dire : dans ce cas-là, venez avec moi en chercher ! », raconte Jonathan à Europe 1. « Il n’y a pas de problème, s’il y a du boulot, qu’il m’accompagne jusqu’à Montparnasse ! Je vais faire l’essai dans la semaine, on verra par la suite », explique encore Jonathan Jahan qui indique avoir déjà travaillé dans la restauration et fait de la plonge. « Aujourd’hui, j’envoie des CV et je reçois des lettres et des lettres de refus. Je me lève le matin et je me dis : ‘pourquoi je me lève à 6 heures pour aller chercher du travail alors que je sais la réponse’. Malgré tout je le fais quand même (…) Je ne fais pas ça pour faire le buzz, je fais ça pour savoir ce qu’il en est par rapport à l’emploi », assure-t-il, glissant qu’il « voit que ça n’avance pas … »

Sa situation pourrait peut-être bien se débloquer. Le président de la Fédération nationale des producteurs de l’horticulture et des pépinières a en effet indiqué lundi à Franceinfo avoir reçu de nombreuses offres d’emplois à l’attention de Jonathan. « On s’est transformé en Pôle emploi ! », a déclaré François Félix invitant le jeune homme à prendre contact avec eux.

CIM Internet