Paris Match Belgique

Faut-il (vraiment) avoir peur du frelon asiatique ?

Des milliers de nids de frelons asiatiques sont détruits chaque année pour protéger la biodiversité. | © AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT

Société

Un homme âgé de 57 ans est décédé ce mardi en France après avoir été piqué par un frelon asiatique. De quoi raviver les craintes sur cet insecte particulièrement aggressif.

 

Attaque mortelle dans le Calvados. Ce mardi 18 septembre, un homme âgé de 57 ans a succombé à une piqûre de frelon asiatique, rapportait France Bleu Normandie. Sur les lieux du drame, une deuxième victime également piquée a eu la chance d’être hospitalisée.

Depuis août dernier, trois personnes sont décédées dans la même région à la suite d’une piqûre de frelon asiatique et les incidents sont de plus en plus fréquents. À l’heure où certains apiculteurs, notamment en Picardie, alertent sur un « risque sanitaire très préoccupant » (notamment pour la biodiversité), la propagation rapide du frelon asiatique inquiète les spécialistes. Accidentellement importé (de Chine) en France en 2004, la « vespa velutina » (de son petit nom scientifique) s’est officiellement installée en Belgique fin 2016. Présent aujourd’hui un peu partout en Europe, le frelon asiatique est-il une réelle menace pour l’homme ?

Afin d’éviter toute attaque, il est conseillé de ne pas s’approcher trop près d’un nid de frelons asiatiques et encore moins d’essayer de s’en débarrasser sans l’aide de professionnels. © Christophe Geyres/ABACAPRESS.COM

Pas plus dangereux qu’une guêpe

Si l’on en croit les spécialistes, pas vraiment. Sauf s’il se sent attaqué, self défense oblige. « En France, tous les observateurs s’accordent sur le fait que ce type de frelon n’est pas naturellement agressif [envers l’homme, ndlr] », explique au Parisien l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN). « Les rares personnes piquées l’ont été en tentant de détruire un nid ou en touchant une ouvrière par inadvertance. » Que l’on se rassure, malgré sa réputation de tueur à pattes jaunes, l’insecte n’est pourtant pas plus dangereux qu’une guêpe ou qu’un bourdon. Du moins si les piqûres sont limitées.

Lire aussi > Cinq choses à savoir pour ne plus avoir peur des araignées domestiques

Comme le précise Le Parisien, le venin peut avoir de sérieuses conséquences en cas de piqûres multiples. Certaines personnes y étant plus sensibles comme les enfants, les seniors, les personnes allergiques ou immunodéficientes. Les symptômes alarmants peuvent être l’obstruction des voies respiratoires, les démangeaisons, les gonflements du visage, les malaises ou encore les nausées. Afin d’éviter toute attaque, il est conseillé (comme pour les guêpes) de les ignorer, de ne pas s’approcher trop près de leur nid (quatre à cinq mètres maximum) et encore moins d’essayer de s’en débarrasser sans l’aide de professionnels.

Un danger pour la biodiversité

Si le frelon asiatique ne constitue donc pas une réelle menace pour l’homme, il en est une pour l’écosystème. En s’attaquant principalement aux vergers et aux abeilles, le frelon venu d’Asie reste un prédateur particulièrement agressif envers ses proies. En période estivale, il décime des populations entières de butineuses qui produisent le miel et contribuent à la reproduction de 80 % des espèces de plantes à fleurs. Pour cette raison, des milliers de nids de frelons asiatiques sont détruits chaque année, bien qu’il demeure impossible d’éradiquer complètement son espèce.

CIM Internet