Paris Match Belgique

Pourquoi être né un 23 septembre en dit long sur votre conception

Les débuts de grossesses étaient autrefois observés aux alentours des mois d'avril et mai. | © Unsplash / Adi Goldstein

Société

Et non, ça n’a rien à voir avec le numéro du maillot de Michael Jordan ni même le calendrier Mayas…

 

Chaque année, les statistiques se confirment. Du moins, si l’on en croit nos cousins Français. Avec un pic de naissances observé dans plusieurs pays d’Europe à la fin de l’été, septembre c’est le mois du baby boom. Et devinez quel jour de l’année naissent le plus de bébés ? Facile, le 23 septembre.

Comme l’expliquent les spécialistes (à ceux qui n’ont pas encore compris), les bébés nés en septembre ont été conçus en fin d’année ; Noël, Nouvel An, tous ça, tous ça. Et il semblerait que le lien de cause à effet soit tout trouvé.

Lire aussi > Consommer un peu d’alcool pendant la grossesse, est-ce (vraiment) risqué ?

En France, l’Institut national des études démographiques (Ined) explique un phénomène vieux de près de 50 ans. “Les conceptions donnant lieu à une naissance sont presque deux fois plus nombreuses à la Saint-Sylvestre que tout autre jour de l’année”, remarquait un premier rapport sorti en 2011. Si comme le souligne le site Parents.fr, les débuts de grossesses étaient autrefois observés aux alentours des mois d’avril et mai, comment se fait-il que les fêtes de fin d’année soient devenues une période phare pour concevoir ? Tout justement, parce que dans « fin d’année », il y a souvent le mot « fête »…

anniversaire
Le nombre d’IVG pour des grossesses démarrées au 31 décembre serait trois fois supérieur à celui d’un jour normal. © Unsplash / Chris Benson

Festivités, ébriété et laisser-aller

« À tous ceux qui sont nés le 23 septembre, vous êtes le résultat d’une soirée trop arrosée. » Les personnes qui souffleront leurs bougies ce dimanche connaissent la chanson par coeur (et non, pas celle de « Happy Birthday »). S’ils ont été conçus un soir de Noël ou de Nouvel An, c’est parce que leurs géniteurs étaient bien trop saouls pour penser « bébé », ou même se protéger. Sympa. Surtout quand on sait que le nombre d’IVG pour des grossesses démarrées au 31 décembre est trois fois supérieur à celui d’un jour normal, toujours selon l’Ined. C’était moins une, se dit-on alors fixant d’un air circonspect sa part de gâteau piquée d’une bougie musicale.

Lire aussi > Comment Internet terrorise les femmes qui veulent devenir mères

Qu’ils se rassurent, les bébés nés un 23 septembre sont aussi (et peut-être surtout) le résultat d’une union célébrée tout particulièrement un soir de réveillon. Comme le souligne l’Ined, cité par le Huffington Post, « les couples cherchant à concevoir (donc qui n’utilisent pas de méthode contraceptive) sont probablement plus nombreux à être réunis », notamment le soir du 31. « De ce fait, et aussi en raison des circonstances, ils sont plus nombreux à avoir des rapports sexuels à cette période-là. » L’atmosphère festive leur permettant alors de se laisser aller et de concrétiser leur désir d’enfant.

Alors à tous ceux qui fêteront leur naissance ce 23 septembre, nous vous souhaitons un joyeux anniversaire.

CIM Internet