Paris Match Belgique

L’excès d’alcool a tué 3 millions de personnes dans le monde en 2016

Selon l'OMS, environ 237 millions d’hommes et 46 millions de femmes dans le monde ont des problèmes avec l'alcool. | © Pixabay / Kaicho20

Société

Un nouveau rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) alerte sur le nombre de décès liés à la consommation d’alcool, toujours plus importante dans le monde.

 

L’excès d’alcool a tué plus de trois millions de personnes en 2016, principalement des hommes, alertait l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ce week-end.

L’institution des Nations Unies a également souligné que les réponses politiques actuelles ne suffisaient pas à inverser la tendance, ce qui pourrait générer une augmentation de la consommation au cours des dix prochaines années.

Consommation excessive (et nocive)

Dans un nouveau rapport publié vendredi 21 septembre – qui rassemble des données de l’année 2016 – l’OMS affirme qu’environ 237 millions d’hommes et 46 millions de femmes sont confrontés à des problèmes avec l’alcool, particulièrement en Europe et en Amérique. En effet, l’Europe a la plus forte consommation mondiale d’alcool par habitant, même si elle a chuté de 10% depuis 2010.

Lire aussi > Le black-out à l’alcool, cette amnésie dangereuse qui fait des ravages chez les jeunes

Toujours selon l’étude, environ un tiers des décès liés à l’alcool surviennent à la suite de blessures, notamment d’accidents de voiture et d’automutilation, tandis qu’environ un sur cinq est dû à des troubles digestifs ou à des maladies cardiovasculaires. Les cancers, les maladies infectieuses, les troubles mentaux et d’autres problèmes de santé sont également pointés du doigt.

« Trop de personnes, leurs familles et leurs communautés, souffrent des conséquences de la consommation nocive d’alcool à travers la violence, les blessures, les problèmes de santé mentale et les maladies comme le cancer et les accidents vasculaires cérébraux », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Il est temps d’intensifier la lutte pour prévenir cette grave menace au développement de sociétés saines », a-t-il ajouté.

En moyenne, la consommation quotidienne d’alcool pour un buveur régulier est d’environ deux verres de vin, une grande bouteille de bière ou deux verres de spiritueux. © Unsplash / Jez Timms

Tendance à la hausse

À l’échelle mondiale, environ 2,3 milliards de personnes sont des buveurs réguliers. Mais les chercheurs de l’OMS redoutent une augmentation de la consommation mondiale d’alcool par habitant au cours de la prochaine décennie, notamment en Asie du Sud-Est et en Amérique.

Lire aussi > Avec l’alcool synthétique, les gens pourraient ne plus boire d’alcool d’ici à dix ans

« Les actions politiques actuellement en vigueur dans les pays ne sont clairement pas suffisantes pour inverser les tendances observées dans plusieurs régions du monde ou pour améliorer sensiblement cette situation », a déclaré le Dr Vladimir Poznyak, coordinateur de l’unité de toxicomanie à l’OMS. « Quand on regarde les tendances de la consommation d’alcool dans de nombreux pays depuis 2000, on peut voir des hauts et des bas, déterminés par différents facteurs », a -t-il poursuivi, citant les niveaux de développement social, le contexte économique, les mesures politiques et les tendances culturelles des pays.

En moyenne, la consommation quotidienne d’alcool pour un buveur régulier est d’environ deux verres de vin, une grande bouteille de bière ou deux verres de spiritueux.

Mots-clés:
santé décès Alcool OMS
CIM Internet