Paris Match Belgique

Une troisième accusation de viol accable Kavanaugh

Brett Kavanaugh

Le magistrat conservateur continue de nier en bloc les accusations. | © AFP PHOTO / SAUL LOEB

Société

Julie Swetnick assure que le juge faisait partie dans sa jeunesse d’un groupe de garçons qui tentaient de droguer des filles en vue d’abuser d’elles.

 

Le scandale visant Brett Kavanaugh, candidat à la cour suprême de Donlad Trump n’en finit pas de prendre de l’ampleur. La nouvelle acusatrice, Julie Swetnick, a appelé l’avocat Michael Avenatti, qui défend également Stormy Daniels. Sur son compte Twitter, ce dernier a publié le contenu de leurs échanges, et a demandé « que le FBI ouvre une enquête immédiatement au sujet de ces accusations. Brett Kavanaugh ne devrait sous aucun prétexte être confirmé à la Cour suprême sans qu’il y ait d’enquête complète ».  Il a également partagé une photo de sa cliente, en disant « Voici une photo de ma cliente Julie Swetnick. Elle est courageuse, brave et honnête. Nous demandons que sa vie privée ainsi que celle de sa famille soient respectées ».

Lire aussi > Brett Kavanaugh, accusé d’agression sexuelle mais toujours puceau

Viol collectif

Dans sa déclaration, Julie Swetnick assure que le juge faisait partie dans sa jeunesse d’un groupe de garçons qui tentaient de droguer des filles en vue d’abuser d’elles, affirme The Huffington Post. Elle affirme avoir été victime d’un viol collectif lors d’une fête où Brett Kavanaugh se trouvait vers 1982. L’accusatrice explique s’être rendue à une dizaine de fêtes entre 81 et 83, où elle a vu  Mark Judge et Brett Kavanaugh « boire de façon excessive et avoir un comportement totalement inapproprié, notamment en devenant très agressifs avec les filles et en n’acceptant pas qu’elles puissent dire ‘non' ».

Lire aussi > « Pourquoi je n’ai pas porté plainte » : Les victimes d’agressions sexuelles répondent à Trump

Ces accusations ne sont pas sans faire écho à celles de Deborah Ramirez, 53 ans qui a déclaré dans The NewYorker que ce Kavanaugh avait, lors d’une soirée arrosée à l’université de Yale sorti son sexe devant elle, la contraignant à le toucher alors qu’elle le repoussait. Quelques jours auparavant, Christine Blasey Ford, chercheuse en psychologie de 51 ans, avait affirmé que le jeune Kavanaugh et un ami, « complètement ivres », l’avaient isolée dans une chambre et que le futur juge l’avait plaquée sur un lit avant d’essayer de la déshabiller. Elle avait réussi à fuir, profitant de leur ivresse.

Kavanaugh dément (encore une fois)

Le magistrat conservateur continue de nier en bloc les accusations. Il avait, cette semaine, affirmé dans un communiqué avoir été « vierge au moment des faits ». Ce mercredi 26 septembre, il a immédiatement dénoncé dans un communiqué une attaque venue de « la quatrième dimension (…) Je ne la connais pas et cela n’a jamais eu lieu ». Pas convaincus, les démocrates ont demandé la suspension du processus de confirmation du juge, exigé une enquête FBI et même, qu’il retire sa candidature. Donald Trump, lui, continue de montrer à son candidat un soutien indéfectible.

CIM Internet