Paris Match Belgique

Affaire Troadec : Hubert, le beau-frère, a tué toute la famille

Vidéo Société

La lumière semble enfin se faire sur l’ « affaire Troadec », dans laquelle une famille entière ne donnait plus de signe de vie depuis deux semaines. Le beau-frère du père a avoué le quadruple meurtre.  Il aurait tué la famille au pied-de-biche puis démembré et brûlé les corps.

Pascal et Brigitte Troadec, deux quinquagénaires, leur fils Sébastien, 21 ans, et leur fille Charlotte, 18 ans, n’avaient plus donné de nouvelle depuis le 16 février. Ils ne se s’étaient pas présentés à leur travail, leurs téléphones portables s’étaient tus et des traces de sang avaient été retrouvées dans leur pavillon, dans un quartier résidentiel d’Orvault près de Nantes. Un mystère épais planait sur cette histoire de disparition étrange et inquiétante. Certaines preuves, notamment des tweets « assassins » au sujet de sa famille, laissaient alors croire que Sébastien avait pu commettre l’irréparable. Des témoins affirmaient même avoir aperçu le fils bien après la date estimée des événements. Il n’en était donc rien. Il fait partie des victimes.

Les proche étaient dans l’incompréhension la plus totale. Voisins sans histoire, ils étaient, de l’aveu de la maman de Brigitte, une « famille gentille ».

Mis en garde à vue ce week-end, l’ex beau-frère de Pascal Troadec est passé aux aveux durant la nuit de dimanche à lundi. Ce dernier a avoué avoir tué les quatre membres de la famille, d’après une information de RTL, reprise par plusieurs médias ce lundi. Des sources proches de l’enquête ont confirmé l’information à l’AFP.

L’or comme mobile des meurtres

D’après RTL, l’ADN de l’ancien compagnon de la sœur de Pascal Troadec a été retrouvé dans la maison d’Orvault et dans la voiture de Sébastien Troadec, le fils lui aussi disparu et dont le véhicule, soigneusement nettoyé, avait été retrouvé à Saint-Nazaire. Confronté à ces éléments, l’ex-beau-frère est passé aux aveux.

Le mobile du meurtre serait lié à un différend familial, autour d’une « histoire d’héritage ». Pascal Troadec aurait hérité de son père de lingots d’or qu’il se refusait à partager avec sa soeur et son ex-beau frère qui vivaient toujours ensemble. La soeur de Pascal Troadec, Lydie, s’est rendue d’elle-même à la gendarmerie en assurant n’avoir pas été au courant des agissements de son ex-compagnon

Les détails sordides du quadruple meurtre

Ces derniers jours, les enquêteurs, que Paris Match avait suivi sur le terrain , avaient fait face à une sorte de macabre jeu de piste. Depuis le 1er mars, les enquêteurs avaient retrouvé, à plus de 280 km du domicile des Troadec, différents effets appartenant à la famille : la voiture du fils, le pantalon de la fille, des livres du père,… Le tout disséminé dans la nature.

Les détails sont particulièrement sordides comme le relatent nos collègues de Paris Match France.  Pierre Sennès, le procureur de la République de Nantes (France), est longuement revenu sur le déroulement du quadruple meurtre et de la disparition des corps lors d’une conférence de presse. Le conflit entre le beau-frère de Pascal Troadec et ce dernier était «ancien», une «rancoeur» liée à des pièces d’or qui «auraient dû être partagées» avec le reste de la famille, a tout d’abord expliqué le procureur. Le soir du drame, le beau-frère s’est infiltré dans le domicile des Troadec. Une altercation a suivi : le beau-frère s’est emparé d’un pied-de-biche et a tué les deux parents avant de s’en prendre aux enfants. Il a ensuite chargé les quatre corps dans la voiture du fils, Sébastien. Le suspect aurait ensuite démembré les corps, enterré une partie et brûlé l’autre partie.

L’enquête devra aussi répondre sur le rôle précis de la sœur de Pascal Troadec.

 

Avec Belga

CIM Internet