Paris Match Belgique

Et si on se faisait des câlins plutôt que la bise ?

calins

Une étreinte "même simple et directe" permet de réduire certains sentiments négatifs comme le stress ou la contrariété. | © Unsplash / Dimitar Belchev

Société

Une récente étude rappelle combien il est important de se prendre dans les bras plus souvent.

 

Serrer la main, embrasser, tirer la langue, faire une courbette, joindre les mains… Pour se dire bonjour, chaque culture a sa propre tradition. Alors que certains pays se disputent encore le nombre de bises en vigueur sur différents territoires, d’autres ont fait le choix de se prendre dans les bras.

Et justement, saluer ses amis, sa famille (et même ses collègues) avec une accolade semblerait être la meilleure des options. Du moins s’il l’on se fie à la science.

Anti-stress et bon pour le moral

Le câlin, c’est bon pour la santé. Qu’on en fasse aux arbres ou à ses proches, il procure au corps un sentiment de bien-être et d’empathie. Plutôt qu’une bise furtive – qui se limite souvent à un claquement de joues froid et impersonnel – on devrait prendre la peine de s’enlacer plusieurs fois par jour. Car comme le souligne une étude publiée dans la revue scientifique PLOS One, le câlin peut jouer un rôle précieux sur l’humeur de votre voisin, collègue ou partenaire. Relayée par le Time, l’étude révèle qu’une étreinte « même simple et directe » permet de réduire certains sentiments négatifs comme le stress ou la contrariété.

Être enlacé par quelqu’un peut être un remède anti-stress efficace et bon pour le moral. © Unsplash / Hian Oliveira

Lire aussi > Sous ecstasy, les pieuvres deviennent bien plus câlines

En se penchant sur l’état d’humeur de centaines de personnes, les chercheurs ont constaté qu’après avoir vécu un conflit dans la journée, les personnes ayant reçu un ou plusieurs câlins semblaient plus apaisées que celles qui n’en ont pas reçu. En termes scientifiques, les résultats ont démontré que les accolades étaient associées à une hausse des indicateurs d’humeur positifs et à une réduction des indicateurs négatifs. Pour Michael Murphy, co-auteur de l’étude et chercheur à l’Université de Carnegie Mellon, « l’étreinte donne l’impression aux gens qu’ils sont pris en considération, que quelqu’un fait attention à eux ». Ainsi, suggère l’étude, être enlacé par quelqu’un peut être un remède anti-stress efficace et bon pour le moral. « Les câlins, du moins entre proches, sont une façon simple, franche et efficace pour soutenir un être cher, surtout en période difficile », conclut Murphy.

Une bonne raison, même pour les phobiques du contact physique, de troquer la bise contre les câlins au quotidien.

CIM Internet