Paris Match Belgique

Accrochez vos estomacs, la malbouffe n’est plus ce que vous croyiez

L'exposition veut avant tout interroger les visiteurs sur leur rapport à la nourriture ainsi qu'à la notion de dégoût. | © Instagram : disgustingfoodmuseum

Société

Le « Disgusting Food Museum » ouvre ses portes en Suède pour exposer les plats les plus « dégoûtants » issus des cuisines du monde entier.

 

L’événement tombe à pic pour Halloween. Le 31 octobre prochain, l’un des musées les plus écœurants de l’histoire débarque à Mamo en Suède. Il s’agit du « Disgusting Food Museum », une exposition consacrée à la nourriture mais qui risque davantage de vous couper l’appétit qu’autre chose.

En exposant des plats « dégoûtants » dénichés aux quatre coins du monde, du requin fermenté aux chips de bébés palourdes en passant par du pénis de taureau et le fromage grouillant de larves, l’exposition est une première du genre. Son objectif ? Interroger les visiteurs sur leur rapport à la nourriture ainsi qu’à la notion de dégoût. « Nous devons nous interroger sur le dégoût si nous voulons être capables de nous intéresser à des sources de protéines moins néfastes pour l’environnement, comme les insectes », explique Samuel West, psychologue américain à l’origine du projet. Le tout en restant « ludique, interactif et intéressant », poursuit celui également à la tête du Musée de l’Échec en Suède.

 

View this post on Instagram

 

Nine bull penises cut, cleaned and packaged for the Disgusting Food Museum. Good end to the week. #disgustingfood

A post shared by Disgusting Food Museum (@disgustingfoodmuseum) on

 

View this post on Instagram

 

Casu Marzu. This autumn in #malmö #disgustingfood #italianfood #casumarzu

A post shared by Disgusting Food Museum (@disgustingfoodmuseum) on

Tout est subjectif

Si même avant de les avoir goûté, on les juge peu ragoutants, ces plats constituent de véritables traditions culinaires importées de différentes cultures. Au total, 80 préparations tentent de démontrer que la notion de dégoût n’est pas la même pour tout le monde et que « ce qui est délicieux pour une personne peut être répugnant pour une autre », écrit-on sur le site internet de l’événement.

CIM Internet