Paris Match Belgique

Pompéi : Un pan de l’Histoire remis en question par un graffiti

Pompéi

Un copiste du Moyen-Âge aurait probablement fait une erreur en recopiant les écrits de Pline le Jeune. | © EPA/CIRO FUSCO

Société

Le graffiti d’un ouvrier dans une villa, suggère que l’éruption a eu lieu deux mois plus tard que ce que l’on croyait jusqu’ici. 

 

Tout le monde connaît la célèbre histoire de l’éruption du Vésuve ensevelissant la ville de Pompéi, découverte plusieurs siècles à posteriori incroyablement conservée dans les sédiments volcaniques. L’événement avait permis énormément de découvertes sur l’époque de l’éruption, estimée à août 79. Or, un graffiti récemment découvert remet cette date en question. Une fine inscription, aux lettres tracées au charbon, indique que le Vésuve serait entré en éruption en octobre 79.

Lire aussi > Le sourire énigmatique de Mona Lisa expliqué par la médecine

Pas les premières traces automnales

L’auteur du « tag » serait un ouvrier travaillant à la construction d’une villa. Sur un mur, il aurait inscrit « 16e jour avant les calendes de novembre », ce qui correspond au 17 octobre. Or, la date de l’éruption était généralement estimée au mois d’août de la même année, à partir d’écrits de Pline le Jeune décrivant la catastrophe arrivée le « neuvième jour avant les calendes de septembre » à l’historien romain Tacite.

Lire aussi > Chastre, une cité brabançonne riche d’histoire(s)

D’après Le Monde, un copiste du Moyen-Âge aurait probablement fait une erreur en recopiant les écrits de Pline le Jeune. Interrogé par l’Obs, le directeur des fouilles Massimo Osanna précise également que d’autres éléments avaient déjà suggéré que l’éruption la plus célèbre de l’Histoire n’avait en réalité pas eu lieu en été : des branches de fruits d’automne, des braseros. Le graffiti corrobore cette hypothèse, et le ministre de la culture italien Alberto Bonisoli a ainsi commenté : « Aujourd’hui, avec beaucoup d’humilité, peut-être que nous réécrivons les livres d’histoire ».

 

CIM Internet