Paris Match Belgique

Plongée dans les abysses de Budapest

budapest

Des "spéléo-plongeurs" s'apprêtent à descendre dans les profondeurs de Budapest. | © Attila KISBENEDEK / AFP

Société

Pour Laora Tuominen, le nec plus ultra de la plongée ne se trouve ni au large de la Méditerranée, ni dans un atoll des Caraïbes, mais sous le vacarme de la ville, dans les profondeurs de Budapest.

Les bains centenaires de la capitale hongroise attirent des millions de touristes qui se prélassent dans ses eaux brûlantes. Leurs entrailles, où coulent les sources thermales, sont désormais un site d’exploration prisé des plongeurs du monde entier. Depuis l’ouverture en 2015 d’un centre de plongée souterraine, les plus expérimentés peuvent explorer un labyrinthe de sept kilomètres de grottes immergées situées sous la ville, un site protégé depuis 1982 et unique en Europe.

« Nous sommes sous Budapest ! C’est excellent ! », s’exclame Laora Tuominen, une anesthésiste finlandaise de 39 ans, en se mettant à l’eau depuis une plateforme montée dans une étroite cavité. Quelques instants plus tard, le groupe de plongeurs et spéléologues amateurs en combinaison dont elle fait partie, bouteilles d’oxygène sur le dos, disparaît dans les flots sombres, guidés par le filet lumineux de leur lampe torche. « La spéléo-plongée est une activité de niche qui n’est pas à la portée de tout le monde », explique Attila Hosszu, gérant du site. Ici, « notre particularité est d’être en milieu urbain, c’est très, très rare ».

Lire aussi > Comment des Indonésiens sont devenus des hommes-poissons à force de faire de la plongée

Les participants à ces visites aquatiques sont des plongeurs disposant tous de brevets leur permettant d’évoluer dans ces eaux souterraines, d’âges variables mais tous en bonne forme physique. Un public souvent composé pour moitié de Hongrois et pour moitié d’étrangers, relève M. Hosszy.

budapest
© ATTILA KISBENEDEK / AFP

Étonnant complexe souterrain

Installé dans un tunnel situé sous une colline de Buda, une des deux parties de la capitale, le centre de plongée est connecté aux grottes Janos Molnar, du nom du pharmacien hongrois qui le premier, au 19e siècle, s’intéressa à l’étonnant complexe souterrain. À partir des années 1950, des explorations régulières ont révélé un vaste réseau de cavités remplies d’eau thermale alimentant les bains Szent Lukács, l’un des plus importants établissements de la ville.

Lire aussi > En Hongrie, les SDF ne pourront plus dormir dans la rue

« Imaginez que vous êtes dans une pièce plongée dans le noir dont vous ne pouvez sortir à votre guise. Pour moi, c’est super relaxant. Dans ce monde de technologies, le silence est quelque chose de précieux », confie Irina Litvinenko, une Russe de 38 ans qui, le temps d’une immersion, met entre parenthèses son quotidien de salariée dans le secteur de la finance à Chypre.

Le site commence à être connu dans le petit milieu de la plongée. Il attire surtout sur la base du bouche à oreille. Il en coûte 70 euros pour une plongée de 50 à 70 minutes à une profondeur maximale de 40 mètres. Comptez le double pour descendre à 90 mètres, l’aventure pouvant alors durer jusqu’à deux heures et demie. Pour préserver l’écosystème de la grotte, le nombre de plongeurs est limité à trente par jour.

Avec Belga

Mots-clés:
Plongée Budapest
CIM Internet