Paris Match Belgique

Il entame une bataille judiciaire pour diminuer son âge de 20 ans

Emile Ratelband

Emile Ratelband se considère comme un "jeune dieu" | © Roland HEITINK / ANP

Société

Pour le Néerlandais Emile Ratelband, retrouver ses 49 ans le mettrait dans une « position plus confortable », autant pour sa qualité de vie que pour sa vie sentimentale. 

 

« L’âge, c’est dans la tête », avez-vous sûrement régulièrement entendu. Emile Ratelband, un conférencier néerlandais que l’on pourrait qualifier de « gourou positiviste »,  a pris l’expression à la lettre. Si sa carte d’identité indique qu’il a atteint le noble âge de 69 ans, lui ne s’y reconnaît pas. Refusant de mentir sur son âge, il s’est lancé dans entreprise inédite :  une bataille judiciaire afin d’être légalement reconnu 20 ans plus jeune, rapporte The Guardian.

Lire aussi > L’herbe est-elle toujours plus verte aux Pays-Bas ?

Impact quotidien

Pour ce dernier, être enfermé dans un âge qu’il ne ressent pas est un lourd handicap quotidien, qui l’empêche de trouver du travail mais aussi l’amour. Au tribunal de Arnhem, il a donc demandé d’être reconnu 20 ans plus jeune : « À 69 ans, je suis limité. À 49 ans, je pourrai acheter une nouvelle maison, conduire une voiture différente. a-t-il expliqué. Je pourrai accepter plus de travail. Quand sur Tinder j’indique que j’ai 69 ans, je n’obtiens aucune réponse. Mais quand j’aurai 49 ans, avec mon visage, ce sera beaucoup plus facile ».

Lire aussi > Iris Apfel, 97 ans : « Je suis l’ado la plus âgée du monde ! »

Ses arguments : des médecins ont affirmé qu’il avait un corps de 49 ans. Ratelband se voit lui-même se voit comme un « jeune dieu ». S’il admet que sa demande est inédite, il estime que le procédé est comparable changement de genre. Si le juge a concédé que « Il y a de nombreuses années, nous pensions que c’était impossible [de changer de genre] », il a également demandé au plaidant quel serait l’avis de ses parents s’ils voyaient 20 ans de sa vie être simplement effacés de toutes les archives. « Mes parents sont morts », a-t-il simplement répondu, avant de promettre de renoncer à ses droits de pension, concluant son audition en plaidant que c’était une « une question de libre arbitre ». Bonne chance !

CIM Internet