Paris Match Belgique

Gilets jaunes : L’astuce des manifestants pour bloquer les ronds-points en toute légalité

gilets jaunes

Selon le ministre de l'Intérieur, une manifestante a été tuée en Savoie après avoir été heurtée par une voiture. | © JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Société

Face à la hausse du prix des carburants, les « gilets jaunes » se rassemblent ce samedi 17 novembre pour bloquer routes et autres points stratégiques en France. Sans autorisation de manifester. Ils tentent alors de trouver des moyens pour arriver à leurs fins tout en restant dans la légalité. 

 

Environ 1 500 actions sont attendues en France ce samedi 17 novembre. Opération escargot, opération « péage gratuit », blocage de routes, de supermarchés, de stations essence… Mais seules une centaine aurait été déclarées, selon Le Soir. « C’est un mouvement spontané pour montrer le ras-le-bol de la classe moyenne qui est taxée et surtaxée. Vous voyez les gens, c’est bon enfant, il n’y a pas de revendication politique ni syndicale. on est là pour dire ça suffit », lance un manifestant à Pau, dans le sud-ouest, à France 3. Encore faut-il que, pour manifester, il faut une autorisation de la préfecture. Dans le cas contraire, les « gilets jaunes » risquent gros à bloquer et perturber la circulation. L’organisateur d’une manifestation non autorisée, ou qui n’a pas fait l’objet d’une déclaration préalable, peut être « puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende », selon le Code pénal français, rappelle L’Obs.

Mais alors, comment bloquer la circulation sans avoir reçu ou demandé une autorisation ? Certains manifestants ont trouvé une réponse à cette question cruciale dans le Code de la route. Tout simplement.

Lire aussi > Le coup de gueule remarqué d’un Français contre le blocage du 17 novembre

Tourner en rond

Si plusieurs piétons, prioritaires en l’absence de feux de signalisation et sur un passage pour piétons, créent un flux continu en traversant un rond-point, les voitures sont dans l’obligation de s’arrêter et de les laisser, ce qui créerait une paralysie du rond-point. Et ce, en tout légalité. « La police ne peut pas intervenir car vous ne faites que traverser… tout en respectant le code de la route », peut-on lire sur la page Facebook des Gilets Jaunes, repérée par L’Obs. « Et si on vous demande pourquoi vous traversez tout le temps, répondez que vous cherchez du travail », plaisantent les créateurs de la page en référence à la déclaration polémique du président français Emmanuel Macron à un chômeur.

Faites-tourner :

Publiée par Les Gilets Jaunes sur Mercredi 14 novembre 2018

Cela tombe sous le sens, mais certains internautes préfèrent tout de même le rappeler : il faut laisser passer ambulances, pompiers et médecins.

 

Les photos du jour sont :

Publiée par Les Gilets Jaunes sur Jeudi 15 novembre 2018

Une dénonciation plus large

À l’initiative de la grogne, des membres de la société civile qui se sont mobilisés contre la hausse du prix des carburants avant que les motifs de grief ne s’élargissent à une dénonciation plus globale de la politique du gouvernement français en matière de taxation et à la baisse du pouvoir d’achat. Et ce mouvement touche également la Belgique. Une cinquantaine de personnes s’étaient déjà rassemblées vers 7h45 sur le site de Tournai-Expo, à proximité de l’autoroute E42. « Le groupe attend encore d’autres manifestants avant de débuter son opération. Les cinq endroits qui seront leur cible sont toujours tenus secrets », indique le commissionnaire divisionnaire de la zone de police du Tournaisis. « On sait cependant qu’une opération escargot sera menée sur les boulevards périphériques de Tournai », poursuit-il.

Une manifestante tuée en France

Selon le ministre français de l’Intérieur Christophe Castaner, cité par France Info, une manifestante a été tuée par une automobiliste qui a forcé un barrage en Savoie. Selon le Figaro, la conductrice, une mère de famille qui emmenait sa fille malade chez le médecin, aurait paniqué lorsque des gilets jaunes se sont mis à taper sur sa voiture. En état de choc, elle a été placée en garde à vue. Ce rassemblement d’une quarantaine de personnes n’était pas déclaré.

CIM Internet