Paris Match Belgique

Un an après les attentats de Bruxelles, 75% des victimes ont été indemnisées

Les attentats de Bruxelles ont fait 32 morts et 340 blessés en mars dernier. | © ©PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Société

Assuralia donne sa version des faits, après que la ministre Maggie De Block se soit indignée mercredi que moins de 15% des victimes du 22 mars aient été indemnisées.

Trois quarts des victimes des attentats du 22 mars à l’aéroport de Zaventem et dans le métro bruxellois ont déjà été en partie ou totalement indemnisées par leurs compagnies d’assurances, a indiqué Assuralia, l’organisation du secteur des assurances, au ministre de l’Economie Kris Peeters (CD&V). Ces indemnisations représentent 15% de l’ensemble des dommages subis.

Lire aussi : Attentats de Bruxelles : Le cri de Walter

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, s’était émue mercredi au Parlement de la lenteur des indemnisations des victimes des attentats. La ministre n’a pas ménagé ses critiques contre les assureurs, jugeant « anormal » et « inacceptable » qu’un an après les attentats, moins de 15% des sinistres estimés aient été dédommagés et seulement 18% des dossiers clôturés. « Les assureurs laissent tomber les victimes », avait-elle dénoncé.

Dans une missive adressé au ministre de l’Economie, Assuralia apporte des éclaircissements et indique notamment que 75% des 1 361 victimes ont déjà perçu une indemnisation.

©PHOTOPQR/LE PARISIEN/ARNAUD DUMONTIER – L’ancien basketteur professionnel Sébastien Bellin figurait parmi les blessés du 22 mars.

Des années avant d’être fixé

La coupole des compagnies d’assurances explique également que dans certains cas, comme les accidents du travail – beaucoup de victimes se rendaient à leur travail ou étaient en train de le faire lors des attentats -, la loi prévoit le versement d’une rente mensuelle. « Cela peut durer des années », souligne le porte-parole d’Assuralia.

Dans d’autres cas, les derniers montants des indemnisations aux victimes ne peuvent être versés qu’après un certain temps, à savoir quand la situation médicale de la victime est définitivement connue. Là aussi, cela peut prendre des mois, voire des années, rappelle-t-on du côté des assureurs.

Avec Belga

CIM Internet