Paris Match Belgique

8 courts-métrages qui racontent les violences faites aux femmes

violences femmes

Capture d'écran. | © YouTube

Société

À l’occasion de la 19ème journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, petite piqûre de rappel avec huit courts-métrages poignants qui dénoncent le sexisme, les inégalités et le harcèlement.

 

Après Paris, Marseille ou encore Genève, c’est au tour de Bruxelles de dire « stop » aux violences sexistes et sexuelles. « Manifestez votre solidarité pour mettre fin aux violences faites aux femmes ! », lance la plateforme Mirabal Belgium qui appelle au rassemblement national ce dimanche 25 novembre dès 14 heures.

« Passées sous silence, banalisées, excusées, niées…, ces violences sont rendues invisibles aux yeux du grand public. Largement sous-estimées, elles restent également relayées au second plan des priorités politiques », écrit le collectif d’organisations sur la page Facebook de l’événement « STOP aux violences faites aux femmes ! ». « Partout dans le monde, des femmes et des hommes feront de cette journée un moment fort (…) Puisqu’une société sans violences envers les femmes est possible, vous aussi, prenez part à cet élan mondial ! ».

Lire aussi > Insulte sexiste : histoires de femmes et violence des mots

L’an dernier, plus de 3 000 personnes s’étaient rassemblées dans les rues de la capitale « pour réclamer un engagement plus ferme, massif et conséquent des pouvoirs publics dans la lutte contre les violences faites aux femmes« .

La violence en images

Pour sa 14e édition, le Mobile Film Festival – festival français de courts-métrages filmés au smartphone – a choisi le thème de la défense des Droits de l’homme. Parmi les 51 courts-métrages retenus par le jury, 18 abordent la question des violences faites aux femmes et des inégalités qui perdurent à travers le monde.

L’image est brute et dure à peine plus d’une minute. Elle met en scène la détresse dans laquelle se trouvent certaines femmes, battues, harcelées, mariées de force, violées… « Les femmes d’aujourd’hui vivent dans une véritable jungle avec des bêtes sauvages qui peuvent surgir de n’importe où », commente Bruno Smadja, président du festival qui rassemble des courts-métrages originaires de onze pays différents. « On a essayé de trouver des films dans lesquels les femmes réagissent à la violence », poursuit-il à quelques semaines de la cérémonie de remise des prix prévue en décembre à Paris.

Lire aussi > « SOS femmes en danger », un reportage qui dénonce les violences conjugales en Russie

Parmi les mini-films qui figurent dans la sélection officielle, l’un aborde la question de l’homosexualité réprimée. L’autre évoque le sexisme qui reste profondément ancré dans certains milieux. Un troisième illustre parfaitement la condition des jeunes filles confrontées au harcèlement de rue, certaines vivant dans la peur constante d’être agressées. Le dernier de notre sélection raconte la souffrance d’une femme excisée.

Annisa

Annisa, une étudiante musulmane, est secrètement amoureuse de l’une de ses camarades. Ses parents le découvrent et l’obligent à se marier avec un homme car ils pensent que cela pourrait la rendre « normale ».

Tina

Tina est une jeune femme marquée par la vie et les coups de son conjoint. Alors qu’elle s’apprête à prendre un bain, elle écoute un message laissé par sa mère sur son répondeur, puis prend une décision radicale…

Le prince charmant

Le prince charmant est-il un homme si charmant ?

Maiden

« Jeune fille » parle du mariage des petites filles.

Ils nous tuent

D’après les chiffres de l’ONU, sept femmes sont assassinées par jour au Mexique et seul 30% des homicides envers les femmes sont considérés comme des féminicides.

Kasik

Une femme est maltraitée psychologiquement et physiquement par son mari. La violence augmente chaque jour un peu plus, mais les voisines ne sont pas bien loin…

Demain peut-être

C’est le matin, une jeune femme de 23 ans s’habille dans sa chambre. Elle essaie différentes tenues, hésite, par crainte d’être harcelée ou agressée en sortant. Entre chaque tenue, elle imagine un scénario potentiel.

J’avais 9 ans

J’étais la plus âgée du groupe, je m’en souviens comme si c’était hier : à 9 ans, j’ai subi l’excision.

CIM Internet