Paris Match Belgique

Inde : Une activiste arrêtée pour avoir exposé sa cuisse sur une photo

inde rehana fathima activiste arrêtée cuisse

Le selfie posté par Rehana sur Facebook. | © Capture d'écran Facebook / Rehana Fathima.

Société

Rehana Fathima a été arrêtée par les autorités indiennes et est poursuivie pour avoir « montré sa cuisse » sur un selfie posté sur Facebook.

La jeune activiste et mannequin Rehana Fathima, du haut de ses 32 ans, cherche à faire bouger les mentalités dans un pays qui a du mal à se défaire d’une conception ancienne de la figure féminine. Pour ce faire, elle avait tenté d’entrer le mois dernier, en compagnie d’une amie journaliste, dans l’un des temples les plus sacrés du pays (le temple de Sabarimala situé dans le Kerala), traditionnellement interdit aux femmes. Mais depuis septembre dernier, la Cour Suprême indienne autorise l’accès des temples du pays aux femmes de tous âges. C’était sans compter sur la gent masculine hindoue. Une foule d’hommes en colère s’était réunie devant le temple, interdisant l’accès aux deux jeunes femmes. Une manifestation violente qui a dégénéré, une équipe de la BBC présente sur place étant même obligée de quitter les lieux. Ce mardi, Rehana Fathima a été arrêtée par les autorités indiennes, nous apprend toujours la BBC. Et ce pour des raisons encore plus absurdes.

inde rehana fathima activiste arrêtée cuisse
© Capture d’écran Facebook / Rehana Fathima.

Lire aussi > En Inde, une brigade de femmes flics pour traquer les agresseurs sexuels

Des messages faits de menaces de viol

En octobre dernier, Rehana Fathima avait posté sur Facebook un selfie habillée d’une tenue de pélerine, en position hindoue, les genoux relevés, maquillée au niveau du front de peintures traditionnelles. Un cliché sur lequel on voit un bout de sa cuisse. Des plaintes se sont alors succédées directement vers la police indienne, jugeant cette photographie « sexuellement explicite » et « offensante ». Il n’en fallait pas plus pour que Rehana soit arrêtée ce mardi 27 novembre et placée en détention pour quatorze jours. Son amie journaliste, interrogée par la BBC, a déclaré qu’en aucun cas Rehana n’avait voulu heurter les sensibilités. « Pourquoi les hommes peuvent-ils aller dans les temples torses nus et montrer leurs cuisses ? En quoi cela n’est-il pas choquant ? », s’est-elle questionnée. Après avoir posté le cliché sur les réseaux sociaux, Rehana aurait également reçu des messages privés faits de menaces de viol.


Lire aussi > « Sois un homme » : Au Maroc, une campagne misogyne incite les hommes à couvrir leurs femmes

L’autorisation de la Cour Suprême à donner l’accès aux temples pour les femmes a profondément divisé l’opinion dans le Kerala mais aussi dans le reste de l’Inde. L’Inde moderne, représentée par les féministes et les représentants des minorités, se heurte aux traditionnalistes hindous. Depuis la décision prise par les autorités, des milliers de manifestants ont protesté vigoureusement, dont une bonne partie de femmes, contre l’ouverture des temples à la gent féminine.

CIM Internet