Paris Match Belgique

De plus en plus de transgenres changent de prénom

En 2016, 187 demandes de ce genre ont été enregistrées © Belga

Société

La Justice reçoit de plus en plus de demandes de changement de prénom de la part de personnes transgenres. L’an dernier, 187 requêtes de ce genre ont été enregistrées, une majorité issue de personnes néerlandophones.

En cinq ans, le nombre de demandes de changement de prénom introduites par des transgenres a plus que doublé : 85 en 2012 contre 187 en 2016. Mais on ne change pas de prénom comme de chemise. Pour les transgenres, la procédure pour y parvenir est un véritable parcours du combattant administratif. Pour adopter un prénom plus adapté à leur nouvelle identité, les personnes transgenres doivent remplir  un certain nombre de conditions fixées par la loi du 10 mai 2007 :

  • Elles doivent avoir la conviction intime, constante et irréversible d’appartenir au sexe opposé à celui qui est indiqué dans l’acte de naissance
  • Ces personnes doivent avoir subi ou doivent subir un traitement hormonal de substitution visant à induire les caractéristiques sexuelles physiques du sexe auquel les intéressés ont la conviction d’appartenir;
  • Le changement de prénom doit également constituer une donnée essentielle lors du changement de rôle.

De plus, les candidats doivent fournir des documents d’un psychiatre et d’un endocrinologue. Dans ces dossiers ressort la conviction du patient d’appartenir à un genre différent de celui avec lequel la personne est née.

Lire aussi : À New York, de plus en plus de personnes changent de sexe

Avancée pour la communauté LGBT

Si cette législation relative à la transsexualité permet également à qui le veut de pouvoir de sexe, elle n’en comporte pas moins des conditions fortes comme l’obligation de recourir à la stérilisation. Estimant que cette « stérilisation forcée » s’apparentait à une mutilation génitale irréversible,   Amnesty Internationale Belgique avait d’ailleurs dénoncé la loi de 2007.

Le ministre de la Justice Koen Geens et Elke Sleurs, la secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances portent toutefois un avant-projet de loi sur la transsexualité qui supprimera toutes les conditions médicales. Bientôt, les personnes désirant changer de sexe devront suivre une procédure administrative longue de trois à six mois. Une victoire pour la communauté LGBT.

Lire aussi : L’Espagne secouée par un bus anti-transgenre

Changer de prénom quand on est mineur

La possibilité de changer de prénom existe également pour les mineurs d’âge, sous réserve de l’approbation des parents. Selon l’avant-projet de loi, le mineur pourra introduire dès 12 ans un changement de prénom, et quatre plus tard, il pourra changer de sexe tout en attestant une déclaration d’un pédopsychiatre.

Le nombre de mineurs transgenres qui adoptent un autre prénom est également en forte augmentation : ils étaient deux en 2012, et 23 en 2016.

 

 

 

Mots-clés:
transgenre transsexuels
CIM Internet