Paris Match Belgique

Diables, anges et pêcheurs : Comment la Saint-Nicolas est-elle célébrée à l’étranger ?

Klausjagen

Les 5 décembre, dans le village de Küssnacht,en Suisse, est organisée la "chasse de Krampus", qui est en réalité une procession colorée. | © EPA/SIGI TISCHLER

Société

Populaire dans de nombreux pays européens, Sinterklaas n’est pas accueilli partout par des pantoufles au pied des cheminées. En ce 6 décembre, Paris Match a recensé pour vous 5 traditions insolites en dehors de nos frontières.

 

Le 6 décembre marque l’anniversaire de la mort du Saint Nikolas de Myre. La légende dit qu’il a ressuscité trois enfants, tués par le boucher Pierre Lenoir. La popularité de l’évêque turc est grande dans de nombreux pays. Les 5 et 6 décembre, les pieds des cheminées belges sont ornés de chaussons, prêts à accueillir cadeaux, mandarines et friandises moins diététiques. Les enfants les plus sages auront été récompensés par le grand Saint, qui, une fois les bambins endormis, descend les cheminées accompagnée du terrifiant Père Fouettard à la peau noire (de suie ? La polémique revient chaque année). Les bambins francophones, prévoyants, n’auront pas manqué de prévoir de l’eau et une carotte afin que l’âne sur lequel Sinterklaas se déplace puisse tenir la nuit. Au nord du pays, la légende dit que le saint, vivant en Espagne, arrive sur le dos d’un haut cheval blanc. Si la petite Belgique connaît différentes traditions, on se doute qu’à l’étranger, Saint-Nicolas est célébré de nombreuses façons différentes. En ce 6 décembre, Paris Match a recensé pour vous 5 traditions insolites en dehors de nos frontières.

Lire aussi > Le coup de gueule de Theo Francken contre Saint-Nicolas (et la laïcisation des fêtes)

1. Bulgarie : Saint-Nicolas célébré par les pêcheurs

Surprise : la Saint-Nicolas n’est pas uniquement destinée aux enfants. En Bulgarie, Sint Nikolay est considéré comme le protecteur des marins et des pêcheurs. Selon la légende, il aurait sauvé un navire en perdition en mettant une carpe dans un trou béant. C’est pourquoi chaque 6 décembre, les Bulgares mangent et sacrifient le Ribnik, une carpe frite, enveloppée dans de la pâte à pain. La Saint-Nicolas marque également la fin de la saison de pêche.

2. En Autriche : La terreur Krampus

Appelé « Niklaus » ou « Nikolo » par les jeunes germanophones, le Saint-Nicolas débarque également coiffé de sa mitre en Autriche. Ici, pas d’âne ni cheval : il est accompagné de petits anges qui inscrivent les noms des enfants dans le Grand Livre. Les bambins les moins sages ne craignent pas le père Fouettard, mais le tout aussi terrifiant Krampus. Ce personnage diabolique mi-chèvre, mi-démon est armé d’un bâton destiné à battre les enfants. Beaucoup de jeunes Autrichiens auraient été traumatisés par le diablotin, et ce dernier est vivement critiqué par les pédagogues.

Krampus
Krampus ©  Flickr

Lire aussi > La Saint-Nicolas expliquée à votre collègue français

3. Suisse : Chasse à Krampus

Et la figure démoniaque de Krampus n’est pas uniquement crainte en Bulgarie. Elle est également associée au Saint en Allemagne, Hongrie et Suisse, qui a l’une des traditions les plus insolites. Dans le village de Küssnacht est organisée le 5 décembre la chasse de Krampus, qui n’est pas destinée aux enfants. C’est en réalité une procession colorée de 1 500 personnes, qui défilent devant plus de 20 000 spectateurs chaque année. Des hommes à gros fouets sont en tête de cette dernière. Viennent ensuite les hommes vêtus d’Iffelen ou d’Infuln, qui sont d’énormes chapeaux en papier incroyablement ornés qui ressemblent à un croisement entre la mitre d’un évêque et un vitrail, éclairés de l’intérieur par des bougies et mesurant jusqu’à trois mètres de haut.  Ils sont suivis de Samiclaus – le Suisse Saint – qui est accompagné de 4 Pères Fouettard qui distribuent des pâtisseries, appelé Schmutzlis par les locaux. Arrive ensuite une fanfare qui interprète la chanson traditionnelle de Klaus, suivie d’un groupe composé de trycheln, de grandes cloches qui sont des descendants de cloches de vache. Enfin, toute la procession est suivie d’hommes sonnant des cornes de vache.

4. Tchéquie : Saint-Nicolas boit des coups

En République tchèque, Saint-Nicolas est appelé Svaty Mikulas. Le 5 décembre, il accompagné d’un ange et d’un diable. Ceux qui ont été sages ont des mandarines, des cacahuètes et – s’ils sont chanceux – des bonbons. Jusque-là, rien de fondamentalement différent de nos traditions belges. Mais ces derniers ne sont pas les seuls à recevoir une récompense  : le saint boit un verre lors de chaque visite à domicile. La légende dit que la nuit du 5 décembre, des citoyens trouvent parfois en fin de soirée un homme à barbe buvant dans sa mitre …

Lire aussi >Rollers et KFC : Les traditions de Noël aux quatre coins du monde

5. Ameland, Pays -Bas : Femmes et enfants à l’abri

Ameland pourrait bien détenir la palme de la tradition la plus tirée par les cheveux, avec son festival de Sunneklaas. La tradition a de quoi enrager les féministes. D’après le magazine Kijkmagazine, dans la ville néerlandaise, le 5 décembre, les femmes et les enfants ne sont plus autorisés à sortir après cinq heures. S’ils le font, ils seront poursuivis par des hommes – appelés les Sunneklazen. Ces derniers portent des masques et des capes colorés, et visitent des maisons et des pubs. Tout le monde doit leur obéir, même le maire… Ils menacent également de s’introduire par les fenêtres si elles ne sont pas fermées. Une nuit terrifiante.

 

View this post on Instagram

 

Op It Amelân fiere se Sinteklaas krekt wat oars… 😱 #Sunneklaas #Ameland #Friesland #Sinterklaas #5december

A post shared by Omrop Fryslân (@omropfryslan) on

Traduction : Nous sommes le 5 décembre. Partout, nous fêtons la Saint Nicolas. Mais à Ameland, tout se passe différemment. Sur l’île se déroule une fête secrète : Sunneklaas. Elle date du Moyen Âge, et vise à chasser les mauvais esprits. Mais ce qu’il s’y passe est secret, car les étrangers ne sont pas les bienvenus. Si vous y êtes, verrouillez les portes. Car à partir de 5 heures, Les hommes de la ville âgés de 18 ans et plus défilent dans la rues, en portant des masques. Pendant que les femmes se cachent à partir de 5 heures. Si tu es une femme, dehors, les hommes vous remettront à la maison. Toutes les fenêtres doivent également être blindées. Et à la fin de la nuit, les Sunneklazen disparaissent. Et reviennent vous hanter l’année suivante. 

CIM Internet