Paris Match Belgique

Le gouvernement français diffuse un clip sur le droit de manifester « sans casser »

manifestation

Invité du journal de TF1, le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé l'annulation de la taxe sur les carburants et a indiqué que 89 000 membres des forces de l'ordre seront mobilisés samedi. | © Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

Société

Le gouvernement diffuse un clip d’une trentaine de secondes sur le droit de manifester, expliquant notamment que « manifester, ce n’est pas casser ».

D’après un article Paris Match France par La Rédaction

« Manifester est un droit. Alors sachons l’exercer ». À moins de 24 heures d’une mobilisation à hauts risques des « gilets jaunes » en France, le gouvernement français rappelle dans un clip diffusé vendredi sur les réseaux sociaux que « manifester, ce n’est pas casser ». La vidéo s’ouvre sur l’image de « gilets jaunes » manifestant dans le calme. « L’expression des revendications est fondamentale en démocratie », peut-on lire alors que défilent les images de manifestations, parfois anciennes, notamment de camions des forces de l’ordre traversant une foule les applaudissant.

Lire aussi > Le soutien inattendu de Pamela Anderson pour les gilets jaunes fait un carton sur Twitter

Le clip du gouvernement français

« Mais manifester ce n’est pas casser », poursuit le clip. « Ce n’est pas casser notre patrimoine », insiste-t-il, alors qu’apparaît l’image du visage détruit d’une Marianne de l’Arc de Triomphe qui a fait le tour du monde après les violences lors de la manifestation des « gilets jaunes » à Paris le 1er décembre dernier. Ce n’est pas non plus « casser nos commerces », « nos biens », ni « notre République« , ou « soi-même se mettre en danger », est-il énuméré, sur fond d’images de dégradations, de heurts et de biens incendiés lors de manifestations des « gilets jaunes ».

Le clip, d’une trentaine de secondes, se clôt sur un appel à « respect(er) les règles du droit de manifester », consultables sur le site www.service-public.fr.

Le gouvernement français a multiplié ces derniers jours les appels au calme à l’approche d’une nouvelle journée de mobilisation samedi des « gilets jaunes », alors que la précédente, le 1er décembre, avait donné lieu à une explosion de violences à Paris. « Tout laisse à penser que des éléments radicaux, des factieux, vont à nouveau tenter de se mobiliser » samedi, a déclaré vendredi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, justifiant un dispositif sécuritaire « de grande envergure ».

CIM Internet