Le morceau « I shot the sheriff » entendu après la mort de Chérif Chekatt, BFM s’excuse

Le morceau « I shot the sheriff » entendu après la mort de Chérif Chekatt, BFM s’excuse

cherif chekatt bfm tv

Les forces de l'ordre dans le quartier de Neudorf à Strasbourg, où Chérif Chekatt a été abattu. | © AFP / Alain JOCARD.

Société

Le célèbre morceau d’Éric Clapton a été entendu en plein direct, provoquant malaise et incompréhension sur la toile.

 

(Màj : la chaîne a entre-temps présenté ses excuses dans un communiqué, reconnaissant que « l’équipe technique en charge du son était à l’origine de cet incident grave » et plaide une « erreur de manipulation ». Une enquête interne a été ouverte.)

La nouvelle sonne comme une blague de mauvais goût. Après avoir annoncé la mort de Chérif Chekatt, lauteur présumé de la fusillade au marché de Noël de Strasbourg, ce jeudi 13 décembre, BFM TV réunissait un plateau composé d’experts et débriefait les dernières informations provenant du terrain.

Lire aussi > Cherif Chekatt a été abattu à Strasbourg : que signifiait la marque sur son front ?

À 22h21 précisément, et ce en plein direct comme le rapporte le Huffington Post, les notes du tube d’Éric Clapton popularisé par Bob Marley « I shot the Sheriff » ont été entendues, en fond sonore, à l’antenne. Un passage qui a évidemment estomaqué les internautes sur Twitter, qui ont d’emblée dénoncé une blague de mauvais goût, le prénom du terroriste abattu étant repris dans le titre.


Plusieurs personnes se sont empressées de réfuter un geste intentionnel, affirmant que le son devait venir de la rue strabourgeoise d’où BFMTV diffusait du son et des images, tant il paraît difficile d’imaginer que la chaîne d’information en continu ait sciemment commis cet impair au regard de sa couverture habituelle de ce type d’événements.

Lire aussi > Ce qu’il faut savoir sur la fusillade à Strasbourg


Plusieurs témoins ont en effet rapporté que cette chanson avait été jouée sur place, par les badauds venus pour applaudir la police. Pas de quoi convaincre les sceptiques, qui mettent en avant la qualité sonore du morceau de Bob Marley, qui ne correspondrait pas à la thèse d’un micro laissé ouvert à Strasbourg.

CIM Internet