Les trois grandes colères des Belges

Mouvements de grève et actions syndicales sont en cours sur l'ensemble du territoire belge ce vendredi. | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Société

Grève nationale ce vendredi, manifestation des gilets jaunes samedi et marche pour et contre le pacte migratoire dimanche. La fin de semaine se place sous le signe de la colère des Belges…

 

Mouvements de grève et actions syndicales sont en cours sur l’ensemble du territoire belge ce vendredi. Les syndicats expriment leur colère contre la réforme des pensions du gouvernement fédéral, l’attitude « déresponsabilisée » des employeurs, l’échec des négociations sur les métiers pénibles et les problèmes de pouvoir d’achat.

Ils souhaitent démontrer leur fermeté avant le début des discussions sur l’accord interprofessionnel. Les actions sectorielles, dont certaines menées en front commun syndical, touchent toutes les régions et engloberont des blocages d’entreprises, de routes et de zonings, des campagnes de sensibilisation ainsi que des mouvements de grève.

La mobilisation est particulièrement forte dans les régions de Charleroi et de Liège. La FGTB a décrété 24 heures d’arrêts de travail dans ces deux régions. La Flandre n’est pas en reste. Des actions sectorielles ciblées y sont aussi prévues.

Lire aussi > La Belgique sur le fil encore et toujours

Quid de la situation dans les transports publics ?

La circulation des trains et des métros n’est pas affectée. Stib et SNCB avaient prévenu que leurs syndicats ne participaient pas au mouvement. Par contre, au niveau du TEC wallon, le réseau est fortement perturbé en particulier à Liège et dans le Hainaut.

Pour Brussels Airport, vendredi en matinée, les services s’y déroulaient normalement. Pas de problème recensé au check-in, ni à la livraison des bagages, ni aux contrôles. Malgré l’appel à participer à la grève des syndicats et quelques actions de grève il y a suffisamment de personnel pour mener les opérations à l’aéroport. C’est davanatge au niveau des contrôles que des retards sont constatés. Il vaut dès lors mieux se rendre à l’aéroport le plus tôt possible avant un vol ce vendredi 14 décembre.

Des gilets jaunes dans les rues de Bruxelles samedi

©IPM

Pour la troisième semaine d’affilée, des gilets jaunes vont manifester leur mécontentement dans les rues de la capitale. Leurs revendications convergent sur certains points avec le mouvement des syndicats. Ils se rejoignent néanmoins sur le volet du pouvoir d’achat.

La semaine dernière, des représentants du groupe « Actions citoyennes contre les mesures gouvernementales » avaient été reçus par le MR. Ils y avaient exigé des réponses concrètes pour une vraie justice fiscale, une réelle redistribution des richesses. Les sujets de mécontentements et colères majeurs sont:  « le coût de la vie exorbitant, les soins de santé, l’enseignement, l’évasion fiscale, les salaires, le dumping social, la protection des données, les pensions, les services publics et d’autres encore », précise Nathalie Depauw, porte-parole. Tout en rappelant qu’une transition écologique « ne se fait pas en stigmatisant et en responsabilisant les plus pauvres« .

Le samedi 8 décembre, la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles a recensé quelque 1 000 manifestants à Bruxelles et procédé à environ 450 interpellations. Le parquet confirmait dix arrestations judiciaires. Une demande officielle d’autorisation pour une nouvelle manifestation des Gilets jaunes prévue ce samedi 15 décembre sur la place du Luxembourg à Bruxelles est parvenue à la police locale.

Pacte migratoire: deux marches prévues, aucune autorisée finalement

BELGA PHOTO ERIC LALMAND

Après l’approbation à Marrakech par la Belgique du pacte migratoire, deux marches avaient été annoncées dans la foulée… L’un pour le pacte et l’autre contre.

Rapidement, la marche contre a été interdite car organisée par des mouvements d’extrême-droite. Près de 10 000 personnes avaient montré leur intérêt pour cette manifestation via les réseaux sociaux…

Mais, la marche (ou le sitting) contre Marrakech aura tout de même lieu dimanche à Bruxelles malgré l’interdiction. « Nous manifesterons tout de même dimanche contre le pacte sur les migrations de Marrakech », a insisté Filip Brusselmans, responsable presse de KVHV Anvers et initiateur de l’événement. « Nous nous basons sur le droit à nous rassembler et sur le droit à la liberté d’opinion », a-t-il ajouté, soulignant que l’objectif était de manifester sans violence. « Nous ne cherchons pas une confrontation avec la police« .

Les associations de droite et d’extrême-droite flamandes KVHV, NSV, Schild en Vrienden, Voorpost et Vlaams Belang Jongeren avaient appelé à manifester dimanche à Bruxelles contre le pacte de l’ONU sur les migrations. Finalement, Rudi Vervoort, ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, a pris un arrêté d’interdiction de toute manifestation sur l’ensemble du territoire régional bruxellois.

« Je prends mes responsabilités, la décision est contestable devant le Conseil d’État, nous sommes dans un État de droit, mais si celui-ci nous donne raison, les manifestants présents dimanche seront en infraction », a averti Rudi Vervoort.

 

CIM Internet