Pourquoi les internautes s’inquiètent de la fin du porno sur Tumblr

Pourquoi les internautes s’inquiètent de la fin du porno sur Tumblr

Tumblr

Près de 700 000 blogs serait concernés. | © Ash Edmonds / Unsplash

Société

Pour la communauté, le choix de la plateforme de bannir le contenu pornographique est une « catastrophe ». Tumblr représentait un espace où trouver du contenu pornographique alternatif, artistique, « body positive ».

 

Ce 3 décembre, l’annonce de la plateforme Tumblr de l’interdiction imminente de tout contenu pornographique a fait l’effet d’un séisme pour la communauté. Alors que le « contenu pour adulte » est persona non grata depuis belle lurette les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, Tumblr faisait figure d’exception. Mais la présence de contenus pédopornographiques a eu raison de la politique d’ouverture de la plateforme, qui a été bannie de l’Appstore en décembre. En réaction, Jeff D’Onofrio, le PDG de Tumblr, a annoncé que le contenu porno disparaitrait de la plateforme, dès le 17 décembre.

Lire aussi > Tumblr va interdire la pornographie sur sa plateforme

11% des Tumblr les plus populaires

Selon Le Monde les Tumblr au contenu explicite représentaient près de 11% des blogs les plus populaires. Une étude citée par le quotidien français estime par ailleurs que 22% des internautes se rendaient sur Tumblr pour ce genre de contenu. Pour beaucoup de ceux-ci, la plateforme réprésentait une source de contenus pornographiques alternatifs, très éloignés de Youporn ou Pornhub. Le Monde rapporte notamment que Tumblr était devenu le royaume des GIFs érotiques esthétiques, sélectionnés avec soin. S’y trouvaient notammment des extraits de films ainsi que des personnages de fictions. De nombreux Tumblr pornographiques étaient tenus par des réalisatrices indépendantes et féministes de films pornos, ou par des couples qui aimaient militer et partager des conseils sur la sexualité.

Tumblr
© Marvin Meyer / Unsplash

Ainsi, d’après Le Monde, se retrouvait sur ces Tumblr une communauté plutôt féminine, LGBT+, dans une atmosphère joyeuse et « body positive ». « J’ai réalisé qu’à part mon propre corps je n’avais jamais vu des images de personnes grosses, prises par des personnes grosses, sans commentaire désobligeant », raconte une chroniqueuse de The Independent, citée par le quotidien. Elle ajoute que : « Tous m’ont apporté bien plus qu’une éducation sur ce qu’une sexualité consensuelle, saine, pouvait vouloir dire pour tous – et pas seulement les personnes cisgenres, hétérosexuelles et valides. Pour les personnes queer, grosses, handicapées ou de couleur en particulier, Tumblr, ce cagibi du porno et de la justice sociale sur Internet, a été un sauveur ».

Lire aussi >  La prédiction : le compte qui arrive à rendre Instagram érotique

Censure de masse

De nombreux témoignages faisaient échos à celui de la chroniqueuse. Plusieurs associations ont également dénoncé la « censure de masse » sur la toile. « Les gens qui seront punis ne sont pas des “bots” pornos ou des trafiquants d’êtres humains, mais des groupes déjà marginalisés qui ont construit des communautés “body positive” et “sex positive”», dénonce EFF (Electronic Frontier Foundation). Ajoutant :  « L’industrie multimilliardaire du porno ne va pas disparaître. Mais à la place, ce qui va partir sont des espaces où les gens peuvent parler franchement, librement, et en toute sécurité de sexe. Les groupes qui sont exclus des discussions “mainstream” [grand public], ou qui sont attaqués dans ces espaces “mainstream”, vont encore une fois perdre leurs voix ».

Tumblr Porn
©  Charles Deluvio / Unsplash

En outre, Tumblr est source de revenus pour plusieurs artistes. Une pétition s’opposant l’interdiction a été signée par près de 500 000 personnes.

Lire aussi > Starbucks interdit le porno dans ses cafés, YouPorn et Pornhub se rebiffent

Mission sauvetage

Près de 700 000 blogs serait concernés. Suite à l’annonce du retrait imminent de tout contenu pornographique de Tumblr, l’équipe de bénévole de l’organisation Archives Team a décidé de sauver le contenu menacé de disparition, rapporte Slate. Le délai de quatorze jours sera probablement trop court pour ces derniers, malgré de nombreux supports extérieurs. Au moment d’écrire ces lignes, déjà plus de vingt-quatre téraoctets de données ont été sauvés. Mais cela ne représente pourtant qu’une fraction de l’immense volume à extraire qui est estimé entre 400 et 800 téraoctets. Mais si les internautes de Tumblr enragent, d’autres se frottent les mains. Pornhub a notamment ouvert les bras aux blogueurs bannis.

CIM Internet