La justice suédoise s’apprête à interdire la mendicité

suède mendicité

Image d'illustration. | © Unsplash / EV.

Société

Un document diffusé le mois dernier par Amnesty International condamnait le traitement inhumain dont sont victimes les migrants et sans-abris en Suède.

Une haute cour suédoise a décidé ce lundi qu’une ville du sud-ouest de la Suède pouvait introduire une interdiction locale de la mendicité. De la sorte, l’instance judiciaire a réformé deux jugements de tribunaux d’instance inférieure. « Nous sommes satisfaits de pouvoir à présent appliquer la décision que nous avions prise il y a plus d’un an », a réagi Carina Wutzler, présidente du conseil communal de Vellinge (sud de la Suède). L’interdiction de la mendicité y entrera immédiatement en vigueur en cinq endroits de la ville, en ce compris le grand marché.

Lire aussi > Au Danemark, les mendiants iront de la rue à la prison

Une mesure qui pourrait s’élargir à d’autres endroits du pays

La commune concernée justifie cette mesure par le fait que les mendiants perturbent l’ordre public en jetant les ordures et en urinant sur la voie publique. Carina Wutzler est membre du parti conservateur des Modérés. Des membres de ce parti actifs dans d’autres communes envisagent également d’introduire une interdiction similaire, comme dans d’autres localités où les sociaux-démocrates sont au pouvoir.

suède mendicité
© Unsplash / Matt Collamer.

En juin dernier déjà, le conseil municipal d’Eskilstuna, au sud du pays, avait adopté un arrêté obligeant les mendiants à demander un permis de façon à recenser les populations nécessiteuses et identifier les trafics.

Les Roms, cibles privilégiées de cette interdiction

Plusieurs ONG et organisations civiles craignent que l’interdiction ne cible principalement les sans-abri de l’Union européenne, en particulier les Roms. Le mois dernier, Amnesty International avait publié un document, intitulé Sweden : A cold welcome : Human rights of Roma and other « vulnerable EU citizens » at risk, qui pointait du doigt la façon dont le gouvernement suédois abandonne à leur sort les immigrés et les sans-abris sur son territoire. « Des milliers de Roms en Suède mènent un combat quotidien pour se nourrir, se soigner et avoir accès à des installations sanitaires. En hiver, lorsque les températures chutent, c’est une question de survie », détaillait Fotis Filippou, directeur adjoint d’Amnesty International Europe, avant d’ajouter : « Le harcèlement, les traitements discriminatoires de la police et le fait que les autorités suédoises ne reconnaissent pas les droits de ces migrants européens et ne répondent pas à leurs besoins élémentaires, tout cela fait écho aux préjugés, à la discrimination et au racisme qui perdurent à l’égard des Roms un peu partout en Europe. » 

Avec Belga

CIM Internet