Victime d’attouchement dans le métro bruxellois, Isabel a filmé son agresseur : « Je n’ai pas envie d’avoir peur »

Victime d’attouchement dans le métro bruxellois, Isabel a filmé son agresseur : « Je n’ai pas envie d’avoir peur »

Vidéo Société

Isabel, jeune femme de 31 ans victime d’attouchement dans le métro bruxellois ce mercredi, a eu le bon réflexe de sortir son téléphone et de filmer son agresseur. Elle a déposé une plainte ce matin, qui risque bien d’être classée sans suite. Explications.

La scène se déroule sur la ligne de métro 6 direction roi Baudouin ce mercredi en fin d’après-midi, aux alentours de 16h15. Tranquillement posée en train d’écouter de la musique, une jeune femme de 31 ans voit son voisin lui toucher la cuisse avec sa main pour ensuite lui caresser son entrejambe, le tout sans son consentement. La jeune femme a mis du temps à réaliser ce qu’il se passait avant d’asséner un coup de coude à son agresseur, qui s’est levé pour se diriger vers le bout de la rame. Elle a alors sorti son téléphone pour filmer l’homme, le dénoncer et ainsi faire la lumière sur ce type d’agressions, malheureusement bien trop fréquentes dans l’espace public. La vidéo a déjà été vu près de 100 000 fois sur Facebook.

La manière dont il a enlevé sa main en douce m’a directement fait penser qu’il avait une technique bien rôdée et que ce n’était probablement pas la première fois.

Lire aussi > Tabou dans la rue : les femmes SDF victimes ignorées de viols et d’agressions sexuelles


« Ce monsieur était en train de me toucher. J’étais assise, tranquillement en train d’écouter ma musique, et ce monsieur a mis sa main sur ma cuisse, dans mon entrejambe », s’exclame Isabel, smartphone à la main, tentant de capturer le visage de l’homme qui se cache derrère sa veste. « Ce n’est pas normal ! Montre ton visage de gros connard, montre ton visage de gros con. La honte, la honte », poursuit Isabel en criant sur son agresseur, qui lâche un très discret « désolé ». Ayant reçu énormément de messages de soutien suite à sa publication, Isabel a eu une pensée pour toutes les jeunes filles victimes d’agressions dans l’espace public.

agression sexelles attouchement bruxelles
Capture d’écran Facebook.

Pour moi ça a été un double choc : l’agression d’une part, et la réaction des gens qui restent passifs comme si ce n’était pas grave. Certains ont même cru qu’il s’agissait d’une mauvaise blague, d’un sketch.

Une scène presque banale tant les agressions envers des femmes dans l’espace public reviennent fréquemment au premier plan de l’actualité. Et d’autant plus choquante qu’à la vue de la vidéo, les réactions des autres personnes présentes dans la rame de métro sont d’une passivité effarante. À part un jeune homme qui vient s’interposer à un moment, personne ne vient au secours de la jeune femme ou ne s’insurge contre une agression intolérable. « Une fois l’homme sorti de la rame de métro, une dame a rigolé et m’a dit ‘ça m’est déjà arrivé’ en banalisant l’événement », nous raconte Isabel, passablement énervée par ces réactions.

Dans des propos relayés par nos confrères de Sudinfo, la porte-parole de la Stib Françoise Ledune assure vouloir mettre tout en oeuvre pour faciliter un éventuel travail de la police : « Elle [la victime] nous a donné des informations nécessaires, les images des caméras ont été bloquées et mises de côté si la police nous les demandeNous voudrions faciliter les démarches de cette dame afin que l’agresseur en question puisse être mis hors d’état de nuire ». La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles a également pris contact avec la jeune femme à l’origine de la vidéo. « Nous avons pris contact avec elle en vue de lui proposer de porter plainte », a-t-il été assuré.

Ce jeudi matin, Isabel a bien porté plainte auprès de la police de la zone Midi mais, en raison d’une absence de lésions visibles, celle-ci a de grandes chances de rester classées sans suite. « La police a été très cordiale avec moi, mais ils m’ont dit qu’il était fort possible que la plainte soit vaine », raconte-t-elle.

Je ne veux pas que les générations futures vivent des choses comme ça.

Isabel nous explique avoir voulu, en publiant la vidéo sur les réseaux sociaux, dénoncer « ce type d’individu, qui a l’air d’avoir l’habitude d’agir de cette manière ». Elle s’insurge également contre les « agressions verbales » dont elle est fréquemment la cible lorsqu’elle se déplace dans la capitale. « C’est la première fois que je suis victime d’une agression sexuelle physique, mais verbalement ça arrive bien trop souvent. Une heure encore avant cet événement, des jeunes m’ont traitée de pute alors que je marchais Porte de Hal », dit-elle dépitée.

Lire aussi > « Dear catcallers » : Elle pose avec ses harceleurs pour dénoncer la récurrence des agressions

Les violences sexuelles dans l’espace public, ce fléau

Pas plus tard que la semaine dernière, cette fois à Paris, une autre jeune femme avait filmé un homme qui s’était masturbé devant elle dans le métro parisien. Une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux qui prouve encore une fois que ces types de comportements sont légion et quotidiens pour les femmes. « Voilà mon quotidien dans les transports en commun, il ne se passe pas une semaine sans que ceci ne m’arrive et je n’exagère même pas », avait-elle déclaré dans une publication Twitter.

En mars dernier, le Parlement wallon avait approuvé à l’unanimité une résolution visant à renforcer la lutte contre le harcèlement sexiste dans les transports en commun, notamment en quantifiant ce phénomène qui paraît sous-estimé dans les statistiques officielles. En 2016, la police fédérale avait enregistré 266 cas de violences sexuelles dans les transports en commun pour toute la Belgique, alors que les études montrent un taux de harcèlement sexiste bien plus élevé dans l’espace public. Une étude datant de 2016, réalisée par l’association JUMP pour l’égalité des genres, révélait qu’en Europe, 98% des femmes ont déjà fait l’objet de comportements sexistes dans la rue ou les transports en commun.

L’accès à la mobilité pour les femmes victimes de harcèlement et de comportements sexistes est considérablement réduit, provoquant peur, angoisse et insécurité, entravant leur liberté de mouvement.

Nous vous rappelons qu’en cas d’agression de ce type, l’appel à la police via le numéro 101 est le réflexe prioritaire à effectuer.

CIM Internet