Comment l’éducation sexuelle prévient les viols

Comment l’éducation sexuelle prévient les viols

Sex

"Il est temps de mettre en œuvre une prévention des agressions sexuelles adaptée aux différentes étapes de la vie pour enseigner aux jeunes" | © Charles Deluvio / Unsplash

Société

L’éducation à la sexualité, lorsqu’elle est dispensée avant 18 ans et inclut une formation au consentement négatif, réduit de manière significative le risque d’être victime d’agression sexuelle et de viol durant ses études supérieures.

 

Cette semaine encore, le témoignage glaçant d’une victime d’agression sexuelle à Madrid était partagé en masse sur les réseaux. Un rappel douleureux des conséquences dramatiques des inégalités persistant dans la société. « Les femmes ne peuvent pas changer les choses. Le changement dépend des hommes, qui doivent vraiment comprendre ce que signifie respecter les femmes », concluait la victime. Comment faire de son appel une réalité ? Encore une fois, la clé est dans l’éducation. Selon une étude de chercheurs de l’université de Colombia – citée par le média Slate – l’éducation à la sexualité, lorsqu’elle est dispensée avant 18 ans et inclut une formation au consentement négatif, réduit de manière significative le risque d’être victime d’agression sexuelle et de viol durant les études supérieures.

Lire aussi > Victime d’attouchement dans le métro bruxellois, Isabel a filmé son agresseur : « Je n’ai pas envie d’avoir peur »

Il est temps

« Il est nécessaire de commencer tôt l’éducation à la sexualité », commente John Santelli, pédiatre et auteur principal de l’étude, cité par Slate. Il ajoute : « Il est temps de mettre en œuvre une prévention des agressions sexuelles adaptée aux différentes étapes de la vie pour enseigner aux jeunes, et ce avant leur arrivée à l’université, la différence entre relations sexuelles saines et malsaines, comment dire non aux relations sexuelles non désirées et comment dire oui aux rapports qu’ils désirent ». Son étude se fonde sur l’analyse de questionnaires confidentiels envoyés à 1 671 étudiants et étudiantes de Columbia et du Barnard College au cours du printemps 2016, ainsi que sur des entretiens qualitatifs menés auprès de 151 élèves de premier cycle de janvier 2015 à janvier 2017.

Lire aussi > La Flandre, « trop explicite » ? Pour l’UNESCO, une éducation sexuelle précoce a un impact positif

 

 

CIM Internet