Paris Match Belgique

Les « fausses excuses » de Larry Nassar, l’« impénitent » médecin de la gym américaine

larry nassar

Larry Nassar, le 31 janvier 2018. | © JEFF KOWALSKY / AFP

Société

Un nouveau rapport pointe du doigt les propos du docteur Larry Nassar, selon qui les accusations d’agressions sexuelles portées contre lui ne relèvent pas du domaine criminel.

 

D’après un article Paris Match France par Clémentine Rebillat

« Je suis horriblement désolé, ça a commencé comme une allumette qui s’est transformée en feu de forêt incontrôlable », avait déclaré le docteur Larry Nassar lors de son procès en 2017. Mais l’ancien médecin star de la gymnastique américaine, condamné à une peine allant de 40 à 175 ans de prison pour des agressions sexuelles sur des centaines de jeunes filles, la plupart mineures, n’aurait en réalité toujours pas pris conscience de ses actes. Un rapport du bureau du procureur du Michigan a révélé vendredi dernier certains propos tenus par Larry Nassar, après sa condamnation, lors d’un interrogatoire. D’après lui, les agressions sexuelles commises lors des consultations qu’il donnait auprès des jeunes gymnastes ne relevaient pas du domaine criminel. Il a expliqué que son dossier aurait dû être traité comme un cas « d’erreur médicale ». Le rapport cité par CNN indique que l’ex-médecin est apparu lors de cet entretien comme « provocateur » et « impénitent ». « Il est devenu très clair immédiatement que ses remords affichés au tribunal étaient une farce », peut-on lire dans le document qui ajoute que Larry Nassar a uniquement « plaidé coupable à l’époque parce qu’il avait perdu le soutien de la communauté médicale et de ses patients après que la police a découvert en sa possession des images pédopornographiques ».

Lire aussi > Larry Nassar avait utilisé un Powerpoint pour convaincre les enquêteurs après une plainte

Larry Nassar a par ailleurs affirmé que les « traitements » qu’il effectuait sur ses patientes « étaient faits uniquement dans le cadre médical et pas pour son plaisir personnel ». Interrogé sur ce dernier point lors de l’enquête ouverte en 2016, il avait toutefois reconnu : « Quand vous êtes un homme, parfois, vous avez une érection ». Il avait ensuite affirmé ne pas comprendre de quoi on l’accusait, rappelant à quel point il était un bon médecin : « À chaque fois on me dit des choses positives, comment suis-je censé savoir que je leur fais du mal ? »

« Les médias ont réussi à les convaincre que tout ce que j’ai fait était grave et mal »

Larry Nassar avait à nouveau tenu ces mêmes propos dans une lettre adressée au juge durant son procès en décembre 2017. Cette dernière avait décidé de la lire le jour de l’énoncé du verdict afin de prouver que l’homme n’avait pas encore pris conscience de ses actes. « J’étais un bon médecin, mes traitements fonctionnaient. Et ces patientes qui aujourd’hui parlent publiquement sont les mêmes qui, avant, revenaient vers moi encore et encore en complimentant mon travail. Les médias ont réussi à les convaincre que tout ce que j’ai fait était grave et mal. Elles ont l’impression que j’ai trahi leur confiance. ‘L’enfer n’a pas pire fureur qu’une femme méprisée’ », avait-il écrit. Pire encore, il avait indiqué que ces femmes, ses victimes, « cherchaient l’attention des médias et une compensation financière ».

De nombreuses gymnastes ont révélé avoir été abusées par le médecin à qui elles faisaient confiance. Aly Raisman, légende de la gymnastique, triple championne olympique, capitaine d’équipe en 2012 et 2016, a expliqué à l’émission « 60 Minutes » avoir été agressée par l’homme lorsqu’elle avait 15 ans, refusant de donner plus de détails. Quelques semaines plus tôt, McKayla Maroney, titrée aux Jeux Olympiques de Londres, a écrit un long texte sur les réseaux sociaux, dénonçant elle aussi les agissements du médecin. En janvier 2018, Simone Biles, star de la discipline, a révélé avoir elle aussi été abusée.

Lire aussi > Après les larmes et le scandale Nassar, la joie retrouvée de Simone Biles

En décembre, la Fédération américaine de gymnastique s’est déclarée en faillite alors qu’elle doit faire face aux poursuites judiciaires et demandes d’indemnisation de centaines de victimes d’abus sexuels. Depuis deux ans, USA Gymnastics est en état perpétuel de crise, sur fond de défiance de ses athlètes et licencié(e)s qui accusent leurs dirigeants de ne pas avoir pris les mesures pour les protéger et pour changer les mentalités.

CIM Internet