Paris Match Belgique

L’Iran veut (aussi) interdire Instagram

Iran no filter

Teheran a déjà précédemment banni Twitter, Facebook et Telegram des écrans du citoyen iranien. | © Capture d'écran Instagram Iran #nofilter, une websérie produite par Arte dévoilant le quotidien de la jeunesse iranienne, loin des clichés.

Société

Le ministère public iranien aurait l’intention d’interdire Instagram. Le contenu des images du réseau social est considéré comme « non seulement illégal mais aussi immoral et obscène », estime le magistrat du parquet, Javad Javadnia. Facebook, Twitter et le service de messagerie cryptée Telegram sont déjà inaccessibles en Iran.

 

Instagram compte des millions d’utilisateurs, échangeant photos et vidéos, en Iran. Ces diffusions (de femmes habillées légèrement ou de personnes consommant de l’alcool) sont régulièrement en conflit avec les rigoureux préceptes islamiques en vigueur dans le pays, estime le parquet.

Lire aussi > Et si Facebook était un État ?

Guerre aux réseaux sociaux

Teheran a déjà précédemment banni Twitter, Facebook et Telegram des écrans du citoyen iranien. Le pouvoir judiciaire du pays les considère comme « illégaux et immoraux ». Les observateurs estiment que les raisons d’agir du régime sont essentiellement politiques. Les médias sociaux relaient des images, photos et vidéos de manifestations anti-régime et on y appelle à participer à de telles actions. Il faudra voir maintenant si cette interdiction d’Instagram produira ses effets. De nombreux Iraniens parviennent à contourner l’interdiction frappant Twitter et Facebook via un filtre VPN. Cela leur permet d’accéder aux réseaux sociaux via un serveur étranger. Telegram est ainsi utilisé par 40 à 45 millions d’Iraniens.

Avec Belga

Mots-clés:
twitter Instagram Iran
CIM Internet