Paris Match Belgique

La CIA utilise des jeux de société pour former ses agents

Des jeux pour assurer la sécurité des États-Unis. | © AFP PHOTO / SAUL LOEB

Société

Non, la CIA n’utilise pas seulement des systèmes ultra-sophistiqués, l’Agence centrale du renseignement des États-Unis forme également ses officiers à l’aide de jeux de société. Tout simplement.

L’agence de renseignement américaine a dévoilé quelques-uns de ses mécanismes internes au festival d’innovation et de nouvelles technologies South by SouthWest (SXSW), à Austin, au Texas. Présents sur place, trois des formateurs d’agents ont révélé qu’une partie de leur travail consistait à créer des jeux pour former les officiers et, par extension, pour assurer la sécurité des États-Unis.

« Si le jeu fait partie de notre condition humaine, pourquoi ne pas en profiter et l’incorporer dans notre manière d’apprendre ? » a déclaré David Clopper, l’un des formateurs de la CIA.

Lire aussi : La CIA visée par les révélations inquiétantes de WikiLeaks

Jeux de rôles et de cartes

Pour entraîner ses officiers, la CIA utilise des jeux comme « La Collecte des données » ou « Le caïd : la traque d’El Chapo », d’après Ars Technica. Le premier est un jeu de cartes dont le but est de recueillir des informations pour les responsables de la Maison-Blanche en cas de crise menaçant la sécurité du pays. Pour compliquer la tâche, les formateurs ont créé des cartes obstacles comme « Résurgence de Daech », « Conflit de la mer de Chine », « Bloquage bureaucratique », « Satellite écrasé » ou encore « Source mal informée ».

Un autre jeu requiert aux participants de prendre les décisions nécessaires pour construire des satellites afin d’intercepter les renseignements secrets de pays étrangers. « Puis, on leur jette un obstacle inattendu, par exemple le fait que le Congrès américain vient de couper leur budget en deux », explique David Clopper. Pour lui, l’objectif de ces jeux est de favoriser la stratégie mais aussi la collaboration et le travail d’équipe.

Les formateurs ont également créé un jeu destiné à prédire comment va évoluer le conflit en Afghanistan au cours de la prochaine année. Ce jeu de rôle reproduit le contexte politique, économique et militaire du pays, ce qui donne aux officiers « une compréhension plus dynamique des enjeux de l’Afghanistan moderne », précise Volko Ruhnke, formateur spécialisé en analyse militaire et terroriste.

Et la réalité virtuelle ?

Pourquoi des jeux de société ou de cartes plutôt que d’autres moyens plus actuels comme les jeux vidéo ou la réalité virtuelle ? Parce qu’ils sont moins coûteux. « Je me suis déjà servie de jeux vidéo, mais ils sont beaucoup plus difficiles à adapter pour nos besoins, ajoute la formatrice Rachel Grunspan. Les situations de conflits dans le monde changent rapidement et modifier un jeu vidéo est beaucoup plus ardu et lent ».

Les formateurs cherchent à créer un jeu au plus proche de la réalité, au cours duquel les participants réalisent les impacts de leurs décisions. La CIA n’est pas la seule à utiliser ces outils. De nombreuses organisations forment avec des jeux, comme l’armée américaine, indique David Clopper.

Mots-clés:
cia agent jeux
CIM Internet