Au Japon, une pop-star s’excuse d’avoir « causé des ennuis » après avoir parlé de son agression

Au Japon, une pop-star s’excuse d’avoir « causé des ennuis » après avoir parlé de son agression

NGT48

Le groupe japonais NGT48. | © DR

Société

Membre d’un girlsband populaire au Japon, Maho Yamaguchi, a présenté des excuses à ses fans jeudi dernier, pour avoir dénoncé publiquement son agression, affirmant lors de l’un des concerts du groupe qu’elle était « vraiment désolée » d’avoir « causé des ennuis ». 

« Je suis vraiment désolée d’avoir causé des ennuis ». Lors d’un concert de son groupe NGT48, la pop-star de 23 ans Maho Yamaguchi a présenté des excuses, quelques jours à peine après avoir confié comment deux hommes l’avaient agressée à l’entrée de sa maison. Arrêtés, les deux chômeurs d’une vingtaine d’année ont été relâchés sans inculpation après avoir déclaré à la police qu’ils voulaient « simplement lui parler », selon le service public japonais de la radio et de la télévision NHK, cité par le Time.

Sur Twitter, Maho Yamaguchi a elle-même discuté de son traumatisme à ses nombreux fans, bien que certains de ces tweets aient été supprimés par la suite. La jeune chanteuse explique avoir gardé le silence durant un mois, espérant que les managers du groupe prennent des mesures concernant cette agression. Inquiète pour sa sécurité et celle des autres membres de NGT48, elle a déclaré qu’elle avait été immobilisée au sol par les deux hommes, ajoutant qu’elle pensait que quelqu’un au sein du groupe était responsable de l’agression. Ce dernier aurait divulgué son adresse aux assaillants.

Lire aussi > Au Japon, un magazine publie un classement des universités où trouver des « filles faciles »

#JusticeforMahohon

Depuis, celle qui est surnommée Mahohon a reçu un vague de soutien sur les réseaux sociaux. En utilisant le hashtag #JusticeforMahohon, les fans ont exprimé leur sympathie et leur colère face au traitement de cette situation, ajoutant qu’elle n’aurait pas dû s’excuser. Certains ont d’ailleurs lancé une pétition demandant la démission du manager du groupe Etsuro Imamura, ainsi que des excuses publiques de la part du personnel de NGT48. Avant sa fermeture, la pétition récoltait près de 54 000 signatures.

Lire aussi > Le business étrange et lucratif de la location de familles au Japon

Un problème plus profond dans l’industrie musicale

L’agression contre Yamaguchi et ses excuses mettent en lumière les problèmes profondément enracinés de l’industrie musicale japonaise où, dans leur quête de succès, de nombreux jeunes talents (souvent des femmes), se retrouvent dans des positions où ils sont financièrement, émotionnellement, voire sexuellement. exploités, explique Quartzy. Les jeunes idoles féminines sont parfois presque considérées comme la propriété de leurs fans et sont même interdites d’avoir des relations amoureuses. Lorsqu’un chanteuse du groupe soeur AKB48 a déclaré qu’elle était tombée amoureuse et qu’elle planifiait de se marier en 2017, les fans avaient exprimé leur colère, se sentant trahis par cette annonce, notamment parce qu’ils avaient consacré beaucoup d’argent à la soutenir. En 2013, une autre membre du groupe avait dû se raser la tête pour s’excuser d’avoir passé une nuit avec son petit ami.

Mots-clés:
japon agression metoo
CIM Internet