Quand Mark Zuckerberg tuait une chèvre au pistolet laser (pour la servir à ses invités)

Quand Mark Zuckerberg tuait une chèvre au pistolet laser (pour la servir à ses invités)

zuckerberg chèvre

Le "Zuck" affectionne les bêtes, même si parfois il leur fait assez mal. | © Capture d'écran Facebook / @zuck.

Société

Le patron de Twitter, Jack Dorsey, a révélé des détails pour le moins croustillants sur le boss de Facebook.

Quand Mark Zuckerberg reçoit, il ne fait pas les choses à moitié et se donne. Même jusqu’à tuer l’animal qu’il servira à ses invités. Et le patron de Facebook et Instagram ne cache pas son dada pour ce qu’il appelle le régime « Tue ce que tu manges ». Un mode de vie bien particulier qu’il suit depuis plusieurs années déjà. Jack Dorsey, le big boss de Twitter, en a encore fait la démonstration ce mercredi lors d’une interview avec le magazine Rolling Stone, dans laquelle il révèle avoir passé un dîner des plus surprenants avec son ami businessman.

Lire aussi > Devant le Congrès, Mark Zuckerberg reconnait « une grosse erreur »

Homards, cochons, bisons : tout y passe

« Il y a eu une année où il ne mangeait que ce qu’il tuait. Il m’a servi de la chèvre froide pour le dîner. Une chèvre qu’il avait tuée », a ainsi confié l’en­tre­pre­neur du réseau au petit oiseau. Une anecdote qui renvoie directement au « chal­lenge person­nel » que s’était lancé Mark Zucker­berg en 2011, pour lequel il s’était effec­ti­ve­ment engagé à ne manger que des animaux qu’il avait tués lui-même tels que des homards, des cochons, du bison, et visi­ble­ment des chèvres. Car oui, chaque année le « Zuck » se lance un petit défi, comme ça pour le fun. En 2009, il avait tenté de porter des cravates tous les jours. En 2010, le fondateur de Facebook s’était mis à apprendre le chinois. Et ainsi de suite.

Jack Dorsey aurait-il été traumatisé par ce dîner pas comme les autres ? © Burhaan Kinu / Hindustan Times.

Un dialogue surréaliste

Lors de l’interview avec Rolling Stone, Jack Dorsey a aussi révélé un détail peu banal : « Il l’a tuée [La chèvre] au pisto­let laser, puis au couteau ». Une façon de procéder qui interpelle et à Jack Dorsey de poursuivre : « Il s’agis­sait proba­ble­ment d’un pisto­let para­ly­sant, pour étour­dir la chèvre avant de la tuer au couteau ». Le récit du dialogue est des plus surréalistes et on a un peu du mal à imaginer les deux milliardaires échanger ce qui suit : « Il avait six chèvres à l’époque. Je lui demande : ‘On va manger la chèvre que tu as tuée ?’ ‘Ouais’, qu’il me répond. Alors je lui demande s’il a déjà mangé de la chèvre, et il m’a répondu qu’il adorait ça. ‘Avec quoi on va la manger ?’, je lui ai demandé. ‘De la salade.’ Fina­le­ment je lui demande où est la chèvre et elle était dans le four », détaille le CEO de Twitter.

Les deux hommes ont ensuite attendu 30 minutes pour passer à table. « Nous allons dans la salle à manger. Il sert la chèvre. Et c’était froid ». « Un moment mémorable », de l’aveu de Jack Dorsey.

(Cette mignonne petite bête va-t-elle aussi passer à la casserole ?)

Lire aussi > Pourquoi Mark Zuckerberg va se présenter à la prochaine élection présidentielle américaine (et pourquoi il ne le fera pas)

Je crois que beaucoup de gens oublient qu’un être vivant doit mourir pour que l’on mange, donc mon but est de ne pas me laisser l’oublier, et d’être reconnaissant de ce que j’ai

En 2011, le jeune patron qu’était Mark Zuckerberg avait révélé dans Fortune qu’il était pratiquement devenu végétarien, ayant décidé de ne manger de la viande seulement si elle provenait d’animaux qu’il avait lui-même tués. « Cette année je suis pratiquement devenu végétarien, car la seule viande que je mange vient d’animaux que j’ai tués moi-même. Jusqu’à présent, c’est une bonne expérience : je mange des aliments bien plus sains et j’ai beaucoup appris sur l’agriculture durable et l’élevage d’animaux », avait-il écrit dans le magazine. « Nous nous devons d’être reconnaissant pour ce nous mangeons. Je crois que beaucoup de gens oublient qu’un être vivant doit mourir pour que l’on mange, donc mon but est de ne pas me laisser l’oublier, et d’être reconnaissant de ce que j’ai », avait-il philosophé.  Il avait commencé son expérience avec un homard, plongé vivant au court-bouillon, puis un poulet, et visiblement, ensuite une chèvre.

CIM Internet