Paris Match Belgique

En Russie, un zoo poursuit en justice des producteurs pour avoir « traumatisé » un raton laveur en tournant une vidéo érotique

© Flickr Tyler Ingram

Société

À Moscou, un zoo poursuit en justice un studio de production russe pour avoir utilisé l’un de leurs animaux pour un tournage qualifié d’« érotique ». Tomas le raccoon en serait revenu « traumatisé ».

 

« Animals Aren’t Toys » (« les animaux ne sont pas des jouets », en français) qui est un zoo russe où les visiteurs peuvent nourrir et interagir avec les animaux, poursuit en justice le studio audiovisuel Art-Msk pour le traumatisme qu’aurait subi l’un de leurs ratons laveurs. Selon les propriétaires de Tomas le raccoon, il serait revenu totalement déboussolé du tournage d’une publicité avec une « attraction malsaine pour les seins des femmes ». « Tomas est revenu distant, il dormait toujours dans un coin et il tapait les gens » a déclaré à la BBC Viktor Kiryukhin, un porte-parole du zoo. « Aussi, nous avons commencé à remarquer qu’il essayait de toucher les poitrines. Nous pensons que pour certaines prises, l’équipe l’attirait en plaçant des friandises sur la poitrine de l’actrice. Maintenant, il pense donc qu’il peut toujours en trouver près des poitrines des femmes ».

© art-msk.ru

Suite à des requêtes envoyées à l’agence de publicité et restées sans réponse, le zoo a décidé de porter l’affaire en justice. « C’est inacceptable d’utiliser un raton laveur pour faire une vidéo et des photos avec une femme nue » peut-on lire dans le document de plainte déposé au tribunal de Moscou, et demandant à ce que l’agence retire sur son site les images du tournage. « En le photographiant avec une femme nue, cela a causé des dommages à toute la population des ratons laveurs. Toute personne qui verra cette vidéo ou les photos, associera directement les ratons laveurs à de l’érotisme ». Le 12 mars, un groupe d’activistes s’est même rassemblé au district de Sokolniki à Moscou pour défendre la cause du zoo.

© teatrzoo.ru

Ark-Msk avait « engagé » Tomas en août dernier sans préciser au zoo qu’il serait utilisé pour poser avec une femme dénudée. Pour Valery Bogatov, chef du département vidéo d’Art-Msk, cette plainte est totalement « absurde ». Il a ajouté que la vidéo n’avait pas été tournée avec une intention érotique étant donné qu’elle était destinée à être diffusée sur les chaînes de télévison nationales : « Cela aurait été totalement illégal si ça avait été le cas ! ». « C’est le raton laveur tout seul qui a attrapé le soutien-gorge de l’actrice avant de se réfugier sous le lit. Au départ, nous avions demandé un animal dressé, parce que les ratons laveurs sont connus pour être ingérables. Mais on nous a donné celui-ci, il était jeune et essayait tout le temps de s’enfuir. Après plusieurs prises, il a volé les sous-vêtements et les a mâchouillés », a-t-il déclaré au site du tabloïd Life News. Contacté par le site britannique The Telegraph, Bogatov précise ne pas avoir pris au sérieux au départ la menace d’une action judiciaire : « Quand le zoo nous a dit qu’ils nous poursuivaient, nous leur avons répondu que nous les poursuivrons aussi pour le coût du soutien-gorge. Je blaguais, parce que je pensais qu’ils plaisantaient aussi… Mais désormais, cela semble très sérieux. J’aimerais juste clarifier les choses : nous n’avons jamais violé les droits des animaux », tout en refusant de nommer le client qui avait eu l’idée d’une telle publicité.

Aujourd’hui, Tomas le raccoon va mieux : « Il aura fallu deux à trois mois pour changer son comportement. Il est de nouveau heureux ». Pour certains médias russes, le zoo se servirait de cette affaire pour se faire un sacré coup de pub, ce qu’a réfuté le service de presse du zoo en précisant que rien de tout cela n’avait été orchestré.

CIM Internet