Fanny Maurer, make-up artist et vegan : « L’humain ne considère pas les animaux comme des êtres vivants sentients et sensibles, mais comme des choses sans intérêt au service de l’humain »

Fanny Maurer, make-up artist et vegan : « L’humain ne considère pas les animaux comme des êtres vivants sentients et sensibles, mais comme des choses sans intérêt au service de l’humain »

Fanny Maurer, le 14 janvier 2017 à Paris, lors d'une manifestation anti-fourrure. | © Instagram @FannyMaurer

Société

Maquilleuse professionnelle, Fanny Maurer est avant tout une militante activiste pour la cause animale depuis des années. Elle nous parle de son combat et de véganisme.

 

Maquilleuse de métier et modèle pour plusieurs magazines de tatouages, Fanny Maurer a surtout acquis une notoriété en participant à une émission de télé française en 2012. Et depuis, elle en a fait du chemin, loin des caméras mais proche des animaux

Celle qui est désormais make-up artist officielle de Rimmel et comptabilise près de 136 000 followers sur Instagram milite pour la cause animale depuis plusieurs années déjà, et si sa notoriété doit servir à quelque chose, autant qu’elle serve à aider les animaux. Comme Pamela Anderson, Eva Mendes, Taraji P. Henson ou encore la chanteuse P!nk, elle n’a d’ailleurs pas hésité à se dénuder pour l’association People for the Ethical Treatment of Animals (PETA). Aujourd’hui, Fanny Maurer participe à de nombreuses manifestations, s’engage auprès des associations, a créé Il Sera Une Fois qui « se veut être un blog vegan positif » et combat au quotidien aux côtés des animaux.

A post shared by Fanny Maurer (@fannymaurer) on

Fanny Maurer, 33 ans, est végane depuis trois ans : « Je suis d’abord devenue végétarienne vers mes 21 ans car mon petit frère qui avait 15 ans à l’époque est devenu végétarien lui-même. Je lui ai demandé pourquoi, il m’a expliqué. J’ai tout de suite compris et je l’ai suivi. Je suis maintenant vegan depuis trois ans ».

Quel a été le déclic qui t’a fait devenir vegan ?
Mon déclic s’est passé de la même manière qu’avec mon frère. J’ai rencontré Lucie, une photographe qui est devenue l’une de mes meilleures amies. On allait déjeuner et j’avais choisi un plat à base de fromage. Elle m’a expliquée qu’elle ne mangeait plus ce fromage-là, parce qu’il était fait à base de présure. J’ai été intriguée, en rentrant chez moi j’ai cherché, j’ai lu, j’ai regardé et quand j’ai su ce qu’était la présure (enzyme extraite de la caillette du veau ou de l’estomac de jeunes ruminants, utilisée pour cailler le lait, ndlr) et ce qu’on faisait subir aux animaux pour des produits laitiers, je suis devenue vegan. Je n’ai jamais lutté ou accusé ceux qui m’ont fait prendre conscience, j’ai juste fait face à ma conscience et le véganisme s’est imposé à moi. Sans aucun regret.

Lire aussi > Certains hommes de Néandertal étaient vegans

Nous sommes coupables des plus grosses atrocités jamais connues pendant que l’humain les banalise.

Qu’est- ce qui a été le plus dur dans cette transition végétarienne-vegan ? 
Ce qui a été le plus dur dans mon changement de mode de vie est d’avoir fait face au monde dans lequel on vit, d’avoir eu à faire face à cette déception, et de comprendre que nous sommes coupables des plus grosses atrocités jamais connues pendant que l’humain les banalise et ne considère pas les animaux comme des êtres vivants « sentients » (qui est doué de sensations, ndlr) et sensibles, mais comme des choses sans intérêt au service de l’humain.

Ce changement a-t-il affecté tes relations avec tes proches ? Es-tu amie avec des personnes qui ne sont pas veganes ?
Mon véganisme n’a jamais affecté mes relations avec mes proches, ça l’a même renforcé. La quasi totalité de ma famille est devenue vegan, mes « nouveaux » amis sont tous vegans et mes amis de longue date, sans même que j’ai besoin de leur parler de ça, changent d’eux-mêmes, certains ont changé du tout au tout, d’autres un peu plus lentement, d’autres mangent encore des animaux, mais s’améliorent et veulent devenir vegans… C’est vraiment agréable de voir que tu ne t’es pas trompée sur leur sensibilité, leur grand cœur et de voir que tu es si bien entourée depuis tant d’années.

Je tiens à être la voix qu’ils n’ont pas… du moins, qu’ils ont mais que la plupart des humains n’entendent pas. Moi, ils m’entendront, jusqu’à mon dernier souffle, je ne baisserai jamais les bras.

Tu consacres ta vie et ton énergie à la cause animale. Vegan, c’est plus qu’un mode de vie, c’est un combat de tout instant ? Où trouves-tu cette force de ne jamais baisser les bras ?
Je ne sais pas si on peut appeler ça une force. Je crois juste qu’en pensant qu’on s’en prend aux êtres les plus innocents, inoffensifs et sans défense pour des raisons inutiles et injustifiées, on ne pense qu’à gagner de l’argent sur le dos de victimes dont on ne parle jamais pour engendrer des milliards d’euros de chiffres d’affaires alors tu te dis que tu n’as pas le choix, les animaux vivent pire, je peux bien faire ça pour eux, ils sont si forts ! Je tiens à être la voix qu’ils n’ont pas… du moins, qu’ils ont mais que la plupart des humains n’entendent pas. Moi, ils m’entendront, jusqu’à mon dernier souffle, je ne baisserai jamais les bras.

Peut-on être vegan sans militer ?
On peut être vegan sans militer, bien que je pense que ce soit assez rare. Une fois que tu prends conscience de cette abomination, tu ne peux pas rester les bras croisés.

Lire aussi > Moby : sa cause pour les animaux revient dans un nouveau clip

On ne peut pas en vouloir à ces gens qui vivent avec la souffrance des animaux, qui voient des choses horribles, de perdre pied parfois.

Certains vegans sont considérés comme « agressifs » voire accusés de « desservir la cause vegan », quel est ton point de vue sur ce sujet ?
Mon point de vue est que les seuls à desservir la cause sont ceux qui ne prennent pas les animaux en considération et qui leur font du mal. Comment quelqu’un qui se bat avec passion et détermination pour sauver des êtres innocents, peut-il nuire à sa cause ? Le système en place est violent, manger de la viande est violent, même si ça parait banal aux yeux d’une grande majorité… Alors évidemment, il faut garder son calme, mais on ne peut pas en vouloir à ces gens qui vivent avec la souffrance des animaux, qui voient des choses horribles, de perdre pied parfois… On a souvent l’impression de parler à des murs alors qu’il suffirait juste de ne plus acheter. Le fait d’acheter et de donner sa carte bancaire à une caissière paraît être un geste anodin, mais manger au rythme de trois fois par jour, sept jours par semaine a des conséquences catastrophiques sur la vie des animaux.

A post shared by Fanny Maurer Ⓥ (@ilsera1fois) on

Comprends-tu ces personnes qui sont très proches de leurs animaux et qui continuent pourtant de manger de la viande ?
Ces gens sont en pleine dissonance cognitive et sont clairement spécistes sans même savoir, dans la plupart des cas, ce qu’est le spécisme. Mais j’ai espoir de me dire que s’ils aiment leurs animaux, alors ils sauront aimer les autres animaux ou tout du moins, ne plus leur vouloir de mal.

La meilleure personne que je n’ai jamais rencontré. L’âme la plus pure que je n’ai jamais connu. Le plus précieux des amours que j’ai reçu et que j’ai donné. Ma vie serait totalement différente si Peanut et moi ne nous étions jamais rencontrées. Je sais que je ne suis pas parfaite, parfois je pète un câble et je pleure souvent. Plus, beaucoup plus qu’avant d’être vegan. Je suis triste d’être tant en colère et fatiguée de l’espèce humaine tout en l’aimant tellement. Je me sens désespérée et en colère bien trop souvent dans la même semaine mais je me battrai parce que dans ses yeux, dans les yeux de Peanut, je vois tous les animaux abandonnés, tristes, torturés, tués, et pour elle, pour toutes les émotions que je ressens quand je la regarde dans les yeux, je vois et je ressens encore le regard du cochon se poser sur moi quand il était dans le camion de la mort et je ne pouvais rien faire pour lui, pour eux. Je suis désolée d’avoir tant de défauts et de ne pas être la meilleure vegan que je pourrais être mais leurs souffrances et votre incompréhension me brisent le coeur. Forever vegan. #Peanut #truelove #vegan #govegan 📷 @guillaume__lechat 😘

A post shared by Fanny Maurer (@fannymaurer) on

Justement, est-ce possible d’adorer son chat par exemple tout en continuant de manger du poulet ? 
C’est évidemment incompatible… En Chine, ils mangent du chien alors à rôle inversé, serait- ce plus compatible d’avoir une poule à côté de soi en mangeant un chien ? Dans mon avancée pour ma cause, j’ai compris que l’on nous a appris à faire des différences entre les animaux…

Lire aussi > Le régime végé pour chiens et chats : une mode controversée

Est-ce que nos chiens et chats devraient eux-aussi être vegans ? Pourquoi ?
Je sais que si je réponds de but en blanc, personne ne le comprendra. Alors je vais te raconter mon histoire… Lorsque je suis devenue vegan, mon chien mangeait encore des croquettes à la viande. Puis j’ai commencé à me renseigner sur la composition de ces dites croquettes : leur composition est ABOMINABLE, vraiment juste abominable. On donne à manger à nos animaux toutes les parties les plus sales et parfois malades de ce qu’il reste des animaux, on y mélange du sang séché et d’autres choses absolument atroces. Alors j’avais décidé que Peanut (mon chien) ne serait vegan qu’à la maison et que lorsque je rendrais visite à mes parents, s’ils désiraient lui donner de la viande, c’était ok tant que je ne l’achetais pas. Puis j’ai participé à une action de l’association 269 Life Libération animale, c’était juste un sitting devant un abattoir. Là, arrive un camion rempli de cochons, je suis montée sur le camion pour jeter un œil à l’intérieur et mon cœur s’est brisé lorsque les cochons m’ont regardée avec leurs yeux si innocents et si perdus… Quelques minutes après, je les ai entendus hurler quand ils se faisaient gazer, j’ai entendu leurs cris de désespoir, de souffrance, leurs pleurs, ça m’a poursuivi des mois durant. Ce jour-là, j’ai compris qu’ingurgiter la souffrance aussi intense des autres ne pouvait être bon ni pour notre corps ni pour notre esprit, et c’est alors que j’ai décidé que mon chien serait vegan. Et… surprise, ses résultats sanguins sont meilleurs qu’avant !

Que penses-tu de toutes ces vidéos postées des abattoirs ? Faut-il choquer pour sensibiliser ? 
Je pense simplement que les gens doivent faire face à ce dont ils participent et payent…

Lire aussi > Vidéos en abattoir : choquer les âmes sensibles pour dénoncer des pratiques insensibles

Il est temps que l’humain disparaisse à jamais Un chien, une vache, un poisson ou un cochon… Ce monde… #Repost @_scorpione_62 ・・・ @Regrann from @helpbanyulin – 🚫Graphic Warning🚫 China: Dog Skinned Alive For It’s Fur According to reports, this dog was skinned alive for it’s fur pelt Dongguan, Guangdong. In parts of China dog skin pelts are seen as luxury items, as throw-rugs on the floor, car seat covers and mattress toppers. For dog skin throw-rugs, the head is attached to help identify the breed of dog. Very small dogs are sometimes turned into ladies clutch purses, with the toy-breed dog’s head as the clasp. This dog’s pelt was reportedly hung from a verandah and the dog was left like this. Apart from posts of shock and horror, I do not have further solid information. The dog is still alive because neither it’s vital arteries or wind pipe have been severed. Similarly, the dog’s internal organs have not been pierced There was a similar incident a few months ago involving a another Samoyed dog. That dog had been skinned over the greater portion of it’s body. The dog escaped it’s tormentors and was seen wandering down a road. As animal rescuers approached the dog they could clearly see it’s intestines hanging out. That dog did not survive. It is unfathomable to begin to comprehend the blinding agony this dog must be in. It’s so horrific that its painful for our mind to even consider. Shockingly, this is not illegal because China does not have animal protection laws. Fight Dog Meat is fighting to help local animal lovers and rescuers who LIVE in dog meat countries, to have their voice heard by their own governments, with the goal of implementing animal protection laws and ending the dog and cat meat trade. Saturday 20 May, 2017 we are holding a world wide event for exactly the reasons stated in the last paragraph. Via Michele Brown www.FightDogmeat.com Circuses are Hell for animals …never go and pay to watch abused animals perform #dogs #animals #china🇨🇳 #furcoat #vegan #vegano #family #training  #animalrights #travelling #boycott #cruelty #crueltyfree #abroad #holiday #season #ride #pain #fur #phography #boycott #chinese #

A post shared by Fanny Maurer Ⓥ (@ilsera1fois) on

Ne risque-t-on pas de tomber dans une banalisation de la violence avec de telles vidéos ? 
Non, je ne crois pas. Parce que les gens savent que c’est de leur faute. Et ce qui marche sur une personne ne marche pas forcément sur l’autre. À chaque révélation d’une abomination dans un abattoir, le nombre de végétariens et vegans augmente.

Je ne pense pas voir la libération animale de mes yeux, mais je suis sûre de voir de belles choses arriver de mon vivant.

Es-tu optimiste quant à l’avenir des animaux aujourd’hui ? On a l’impression que les choses commencent à bouger. Doucement, mais sûrement. Crois-tu en un monde végétarien voire vegan dans un futur plus ou moins proche ?
Je suis évidemment optimiste bien que les choses avancent bien trop lentement. Je ne pense pas voir la libération animale de mes yeux, mais je suis sûre de voir de belles choses arriver de mon vivant. Puis on laissera la main aux futures générations qui seront, je l’espère, plus éveillées que nous encore.

Lire aussi > Le plus grand marché de viande de chien ferme ses portes en Corée du Sud

A post shared by Fanny Maurer (@fannymaurer) on

En Belgique, le gavage des oies pour le foie gras devrait bientôt être interdit. En France, cela pourrait arriver aussi ?​ 
Je pense que ça arrivera. La consommation de foie gras baisse d’année en année… Mais qu’est ce qu’on est lents dans ce pays !

Que dire à tous ces éleveurs qui pourraient perdre un jour leur métier ? Comment selon toi est-ce possible que les éleveurs disent aimer leurs animaux tout en les tuant ?
Que dire à tous les oppresseurs qui ont perdu leur métier ? Vraiment, les éleveurs ne sont pas ma préoccupation, je me concentre sur les vraies victimes. Qu’a-t-on dit aux vendeurs de bougie quand on est passé à l’électricité ? Qu’a t-on dit à tout ce personnel quand on est passé aux caisses automatiques ? Ils n’ont qu’à se reconvertir… La révolution est en marche, maintenant il faut trouver comment mettre le nouveau système en place plutôt que de vouloir faire fonctionner des métiers du passé qui ne fonctionnent plus depuis des décennies et qu’on s’obstine à subventionner et à vouloir aider, avec nos impôts en plus ! Quant à l’amour des éleveurs pour leurs animaux… dois- je vraiment donner mon avis ? J’espère juste qu’ils aiment leur femme et leurs enfants différemment alors…

A post shared by Fanny Maurer (@fannymaurer) on

Ce que je conseille aux gens, c’est de devenir vegan de but en blanc.

Si j’ai envie de devenir vegan, mais que je suis perdue entre cette masse d’informations, de choses à faire et à ne plus faire, de manger et ne plus manger, de porter et ne plus porter, que j’ai l’impression que tout va me coûter plus cher, que je vais devoir jeter tous mes vêtements, mon make-up… Que me conseilles-tu ? De d’abord devenir végétarien ? D’y aller en douceur ? 
Ce que je conseille aux gens, c’est de devenir vegan de but en blanc. Si j’avais eu toutes les infos d’un coup, je serais devenue vegan sans transition. En 2017, on ne peut pas prétendre ne pas savoir, et la vie des animaux n’est pas douce du tout, alors pourquoi vouloir y aller en douceur dans un but de ne pas perturber notre confort ?
La nourriture vegan est loin d’être plus chère que la viande. Il s’agit d’acheter des fruits, des légumes, des légumineuses, des oléagineuses… Le mythe du coût supplémentaire est faux. Pour ce qui est du make-up et des vêtements, on ne dit pas de tout changer et remplacer du jour en lendemain en mettant tout à la poubelle. On peut très bien finir ses produits et racheter ce qu’il manque en choisissant des produits « issus d’aucune souffrance animale ». C’est vrai qu’au début on est perdu, mais après un mois seulement, on commence à trouver ses marques et ensuite, on découvre tellement d’autres choses à manger, tellement de nouvelles saveurs, textures que pendant un temps, on a l’impression de découvrir la nourriture pour la première fois. Je mange plus et plus varié qu’avant !

CIM Internet