Paris Match Belgique

Quand le cannabis fait des Canadiennes de meilleures mères

canada maman cannabis

Au Canada, une femme sur dix a déjà consommé du cannabis. | © Chris Roussakis / AFP.

Société

Depuis la légalisation du cannabis au Canada, des centaines de femmes s’unissent pour clamer haut et fort que cette herbe fait d’elles « de meilleures mères », malgré les mises en garde des médecins.

 

Elles en avaient assez d’être stigmatisées et de cacher leur consommation de cannabis. Au Canada, depuis que l’usage de cette drogue douce a été légalisée en octobre dernier, des centaines de mères de famille osent s’exprimer, disant haut et fort que cette herbe fait d’elles « de meilleures mères ». « On attend de moi que je travaille à temps plein, que je m’occupe de mes enfants à temps plein, que ma maison soit propre, que je paie mes factures à temps, que je change mes pneus d’hiver à temps … J’en ai tellement sur les épaules, je ne suis qu’une seule personne, le cannabis me permet d’accomplir mes tâches quotidiennes tellement mieux ! », explique à l’AFP Jordana Zabitsky.

Lire aussi > Petite histoire du cannabis au Canada

C’est pour rejoindre d’autres femmes dans sa situation et libérer la parole que cette Montréalaise d’une trentaine d’années a créé sur Facebook le groupe « Mothers Mary », strictement réservé à la gent féminine. Aujourd’hui, cette communauté revendique quelque 5 000 membres qui discutent à bâtons rompus de la consommation de cannabis.

Une autre voie pour soigner anxiété et dépression

« Les mamans se sentent seules et ne savent pas vers qui se tourner, elles se sentent honteuses et ont peur », note Annie-Claude Bertrand qui coanime le groupe Facebook « Mothers Mary ». La consommation de cannabis permet notamment à ces jeunes femmes de se détourner des opiacés et des antidépresseurs pour traiter leur anxiété ou leur dépression, explique de son côté Karine Cyr dont le groupe Facebook, « Des fleurs ma chère », créé lors de la légalisation, rassemble plus de 500 membres.

mothers mary
Capture d’écran Facebook.

Parmi elles, des « entrepreneuses, psychologues, mannequins, photographes … ce sont des femmes de tous les milieux », affirme Cynthia Pétrin, professeure de « ganja yoga » et coanimatrice de « Des fleurs ma chère ».

Lire aussi > Les Simpson avaient prédit la légalisation du cannabis récréatif au Canada

Un phénomène encore marginal

Pourtant, et malgré la légalisation donc, le ministère canadien de la Santé est formel sur l’usage du cannabis : « Il est plus sûr d’éviter la consommation de cannabis si vous êtes parent ». Cette drogue peut altérer le jugement avec les enfants, met-il par ailleurs en garde.

« Les gens ne sont pas informés, ils pensent encore que quand on utilise du cannabis, on est devant notre télé en mangeant de la pizza comme des adolescents », défend Karine, expliquant avoir créé ce groupe pour pallier le manque d’information sur le sujet, tant le discours public reste répressif.

CIM Internet