Ce que l’on sait des fusillades dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande

Ce que l’on sait des fusillades dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande

mosquée

Plusieurs officiers à l'extérieur de la mosquée Masjid al Noor après une fusillade à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. | © Tessa BURROWS / AFP

Société

Plusieurs personnes ont été tuées en Nouvelle-Zélande dans l’attaque de deux mosquées ce vendredi.

Une série de fusillades dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a fait de « multiples morts », a confirmé la police néo-zélandaise vendredi après-midi. Selon un bilan officiel relayé par Le Monde, au moins quarante personnes ont été tuées et une vingtaine grièvement blessées lors de cette attaque survenue durant la prière. « Les décès, pour ce que nous en savons, sont survenus dans deux endroits, une mosquée sur Deans Avenue et une autre mosquée sur Linwood Avenee », a déclaré le commissaire Mike Bush, assurant que toutes les forces de police étaient engagées pour répondre à la situation, tant régionales que nationales. Les autorités conseillent aux fidèles d’éviter les mosquées « partout en Nouvelle-Zélande ».

Une attaque « bien planifiée »

Au moins trois suspects ont été interpellés par la police. Ces derniers font partie des milieux extrémistes mais ne faisaient l’objet d’aucune surveillance. Le premier ministre australien, a précisé que l’un des tireurs était un « terroriste extrémiste de droite » australien. Les services de sécurité australiens se penchent sur les liens possibles entre l’Australie et cette attaque.

« Il est clair qu’on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste, a déclaré de son côté la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. Pour ce que nous en savons, [l’attaque] semble avoir été bien planifiée. » Il s’agit de l’une des journées « les plus sombres » de la Nouvelle-Zélande, visée parce qu’elle « représente la diversité », selon la Première ministre. L’état d’alerte a été relevé à son niveau maximum en Nouvelle-Zélande. Un pays réputé en temps normal pour sa faible criminalité.

nouvelle-zélande
© Tessa BURROWS / AFP

« Des corps partout sur moi »

Au moment de la fusillade, la mosquée Al-Noor, sur Deans Avenue, était remplie de fidèles. Un témoin a raconté au site internet d’information Stuff, cité par Paris Match, qu’il était en train d’y prier quand il a entendu des tirs. En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant l’édifice religieux. Un autre homme a dit avoir vu des enfants se faire abattre. « J’avais des corps partout sur moi ». Un témoin a expliqué à Radio New Zealand qu’il avait entendu des coups de feu et vu quatre personnes gisant au sol, « avec du sang partout ». Un Palestinien présent dans l’un des lieux de culte a raconté qu’il avait vu un homme être abattu d’une balle dans la tête. « J’ai entendu trois coups de feu rapides et après environ dix secondes, ça a recommencé. Cela devait être une arme automatique, personne ne pourrait appuyer sur la gâchette aussi vite », a dit cet homme à l’AFP sous couvert de l’anonymat. « Puis, les gens ont commencé à sortir en courant. Certains étaient couverts de sang ».

Un Facebook Live et un manifeste

Des vidéos et des documents circulant sur Internet, mais non confirmés officiellement, semblent montrer qu’un tireur blanc a publié son attaque sur Facebook Live. Au moment où l’homme quitte sa voiture pour se diriger vers la mosquée, il lance « Que la fête commence ». La police demande à la population de ne pas partager ces « images extrêmement pénibles ».

Le Monde précise également qu’un « manifeste » mis en ligne sur des comptes liés à la même page Facebook fait référence aux thèses du « grand remplacement » circulant dans les milieux d’extrême droite et qui théorise la disparition des « peuples européens ».

Faible criminalité

En Nouvelle-Zélande, « l’usage d’armes à feu pour commettre des crimes reste un événement rare », écrit le département d’Etat américain dans ses conseils aux voyageurs. Selon le recensement de 2013, quelque 46 000 personnes s’identifiaient comme musulmanes en Nouvelle-Zélande, soit un peu plus de 1% de la population totale. En 2017, six fidèles ont été tués dans une mosquée de Québec, au Canada, à l’occasion de la pire attaque antimusulmane en Occident. L’auteur de la fusillade a été condamné à la prison à perpétuité.

CIM Internet