Paris Match Belgique

Attaque de Londres : L’identité de l’assaillant révélée

Une centaine d'enquêteurs sont sur l'affaire. | © AFP PHOTO / NIKLAS HALLE'N

Société

Alors que Londres vient tout juste d’être frappée par une attaque terroriste, l’enquête avance vite. On connait désormais l’identité de l’assaillant, un dénommé Khalid Masood. Retour sur ce que l’on sait de l’attentat le plus meurtrier de Grande-Bretagne depuis douze ans.

 

Une nouvelle attaque terroriste a frappé l’Europe ce mercredi 22 mars à Londres, alors même que les Belges commémoraient celle qui avait frappé Bruxelles et l’aéroport de Zaventem il y a un an de cela.

Le scénario de l’attaque

L’action s’est déroulée vers 14h30, d’abord sur le Westminster Bridge, à quelques pas de Big Ben, où le conducteur d’un véhicule s’est dirigé droit sur les piétons, tuant une femme sur le coup et blessant plusieurs dizaines de personnes.

Quelques instants plus tard, un homme a poignardé un policier près des grilles du Parlement, à quelques pas de là. Ce dernier, qui n’a pas été immédiatement identifié comme le conducteur, a été ensuite abattu par la police. Il est désormais certain qu’il s’agissait du même homme, sur le pont et ensuite près du Parlement.

©Belga – La police est arrivée sur les lieux en un temps record, selon les témoins.

Lire aussi > Attaque de Londres : La panique au Westminster Bridge après des coups de feu meurtiers

Les débats ont été suspendus au sein de la Chambre des Communes et les élus ont reçu la consigne de rester à l’intérieur. La Première ministre Theresa May a aussitôt été mise en sécurité.

Un véritable attentat

Mercredi, alors que toutes les télévisions anglaises polémiquaient déjà sur la possibilité que l’attaque soit l’œuvre d’un terroriste, le gouvernement anglais était resté logiquement très prudent sur ce point. On sait désormais que l’épisode a été revendiqué par le groupe djihadiste État islamique. Selon son agence de propagande, Amaq, l’attaque a été commise par l’un de ses « soldats ».

Malgré que l’organisation n’ait pas forcément directement orchestré ou facilité celle-ci, comme souvent, Amaq estime qu’elle a été perpétrée en lien avec son idéologie et ses appels aux « fidèles » à mettre hors d’état de nuire des civils occidentaux et leurs services de l’ordre.

©AFP PHOTO / POOL / RICHARD POHLE – La Première ministre Theresa May doit déjà faire face à un attentat terroriste, alors même qu’elle n’a accédé à sa position que depuis juillet dernier.

Le passé du terroriste

Ce jeudi, la police britannique a dévoilé le nom du terroriste britannique : Khalid Masood. Il avait 52 ans et était né dans le Kent, au sud-est de l’Angleterre.

La Première ministre Theresa May est revenue au cours d’une conférence de presse sur le passé de l’assaillant, un Anglais de naissance qui avait déjà fait l’objet d’une enquête par le MI5, les services secrets britanniques, il y a quelques années. Il était alors suspecté d’être un extrémiste violent, inculpé plusieurs fois pour possession d’armes et agression. Il avait depuis quitté le radar des autorités. « Il n’y avait aucun indice lié à son intention ou au scénario », a-t-elle encore précisé.

Lire aussi > Attaque de Londres : Nous allons tous aller de l’avant, ensemble

©AFP PHOTO / DANIEL LEAL-OLIVAS

« Nous croyons toujours – ce qui continue à être démontré par notre enquête – que l’assaillant a agit seul hier et était inspiré par le terrorisme international », a déclaré Mark Rowley, le chef du contre-terrorisme britannique. « Pour être explicite, pour l’instant, nous n’avons aucune information spécifique sur d’autres menaces pour le public ».

Les premiers pas de l’enquête

Selon Mark Rowley, des centaines d’enquêteurs sont au travail depuis hier pour obtenir des résultats rapides. Les efforts sont concentrés sur la découverte des motivations du terroriste, sur ses préparatifs et sur d’éventuels autres suspects qui lui auraient prêté main forte.

©AFP PHOTO / Justin TALLIS

Depuis hier, huit personnes ont été arrêtées en lien avec l’attaque. Les enquêteurs se tournent également vers Birmingham et le centre de l’Angleterre.

Les victimes

Trois personnes, dont l’assaillant, sont décédées pour l’instant dans l’attaque. Au moins quarante personnes ont été blessées au total. La première victime civile identifiée est Aysha Frade, une professeur originaire d’Espagne. Le maire de Londres, Sadiq Khan, a déclaré que la rapidité et l’efficacité de la police avait permis d’éviter davantage de blessés.

©EPA/HO-YEAREND – L’attaque du métro de Londres, en 2005.

Juillet 2005

Mark Rowley a pointé qu’il s’agissait de l’acte terroriste la plus meurtier en Grande-Bretagne depuis juillet 2005, où 52 personnes étaient décédées dans une attaque à la bombe dans le métro de Londres.

CIM Internet