Des femmes s’unissent pour lutter contre le harcèlement

Des femmes s’unissent pour lutter contre le harcèlement

femmes

Sara Hassan et Juliette Sanchez-Lambert ont développé le projet du guide. | © Simon Maage/Unsplash

Société

Le collectif Period a sorti un petit guide contre le harcèlement sexuel, afin de débusquer dans plusieurs sphères de sa vie, les signaux d’alarmes du harcèlement sexuel : It’s not that gray.

Le collectif féministe européen Period, basé à Bruxelles, est un réseau féministe qui connecte, responsabilise et éduque les femmes à Bruxelles, au travers d’ateliers mensuels, de rencontres et de festivals féministes. « Au cours des 18 derniers mois, nous avons analysé des centaines d’histoires de harcèlement sexuel et en avons tiré la conclusion suivante: les antécédents collectifs de femmes en matière de violence et de traumatismes peuvent être transformés en outils pour naviguer dans ce monde patriarcal », explique le collectif. Le projet mené a accouché d’un outil de lutte contre le harcèlement sexuel, sous forme de guide, rapporte le journal Le Soir. Il informe comment débusquer les signaux de harcèlement le plus tôt possible. Baptisé It’s not that grey en référence à cette prétendue « zone grise » (où le rapport sexuel ne serait ni vraiment consenti ni une agression), le guide a été édité grâce au soutien de la députée européenne allemande Terry Reintke et est accessible en ligne.

Lire aussi > Des victimes de viol s’unissent pour mettre fin à l’impunité dans quatre pays nordiques

Un système d’alerte en quatre catégories

Sous forme de système d’alerte, le collectif a identifié quatre catégories, dans lesquelles plusieurs signaux peuvent être identifiés. Ces domaines concernent les facteurs environnementaux à risque (milieux avec des enjeux de pouvoir importants, une forte culture sexiste, des relations asymétriques), le syndrome du « good guy » (la bonne réputation de quelqu’un rend plus compliqué d’émettre un malaise vis-à-vis de cette personne), les techniques communes de harcèlement (compliments mal placés, souffler le chaud et le froid, isoler la cible, etc.), ses propres réactions (se convaincre que ce n’est pas si grave, se taire, etc.).

L’objectif est que chaque lectrice se constitue son propre système, en fonction de ses limites personnelles. Un seul élément ne signifie pas automatiquement harcèlement, mais il s’agit d’allumer assez tôt de possibles voyants. Par ailleurs, « la composante sexuelle du harcèlement arrive souvent assez tard », analyse l’autrice Juliette Sanchez-Lambert. « Il s’agit d’abord de harcèlement psychologique ».

Avec Belga

Mots-clés:
féminisme femmes
CIM Internet