Notre-Dame de Paris : les promesses de dons dépassent (déjà) les 700 millions

Notre-Dame de Paris : les promesses de dons dépassent (déjà) les 700 millions

Les trois familles les plus riches de France ont fait des promesses de dons pour un total de 500 millions d'euros. | © Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP

Société

Le secteur privé et des riches familles industrielles françaises ont rapidement annoncé vouloir aider à la reconstruction de ce patrimoine mondial. Pour l’heure, le milliard d’euros d’aides est déjà en vue… Avec, à la clé, d’indéniables abattements fiscaux pour ces acteurs économiques ainsi qu’une communication positive autour de leur image. 

Depuis l’incendie qui a ravagé durant la nuit une grande partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les donateurs se bousculent pour offrir des fonds pour financer la reconstruction, en attendant peut-être une conférence des donateurs évoquée mardi par la maire de Paris Anne Hidalgo.

Plusieurs grandes fortunes ont annoncé vouloir sortir leur carnet de chèques: la famille Pinault a promis 100 millions d’euros, suivie de quelques heures par le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, qui a annoncé un don de 200 millions. L’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac), et la famille Bouygues, ont promis chacun 10 millions d’euros. Le géant pétrolier Total a annoncé à la mi-journée un don spécial de 100 millions d’euros. Les Bettencourt ont annoncé quant à eux deux dons de 100 millions d’euros, l’un via l’Oréal et l’autre via leur fondation.

Alors que les pompiers étaient encore à pied d’oeuvre, entreprises et anonymes ont commencé à faire des dons, allant jusqu’à provoquer des encombrements sur le site de la Fondation du patrimoine. C’est via cet organisme privé que s’organise la souscription nationale, qui connait d’ores et déjà un succès historique. Pour faire face à la demande, un autre site (rebatirnotredamedeparis.fr/) a depuis été mis en place. A 11H30, plus de 11,5 millions d’euros avaient déjà été collectés, selon les estimations de la Fondation du patrimoine, pour un objectif de 100 millions.

De son côté, la maire de Paris a annoncé une contribution à hauteur de 50 millions d’euros de la Ville. La région Ile-de-France va débloquer aussi 10 millions d’euros d' »aide d’urgence », tandis que d’autres communes (Chalon, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse…) et collectivités ont suivi l’exemple, à l’instar de la Région Auvergne Rhône Alpes qui s’est engagée sur deux millions d’euros ou la région Occitanie qui va proposer une aide de 1,5 million d’euros.

Lire aussi >YouTube relie par erreur Notre-Dame en flammes au 11-Septembre

Sur les réseaux, un peu d’énervement par rapport aux versements astronomiques

Sur Twitter notamment, des personnes ont réagi rapidement suite aux différentes annonces des familles les plus riches ou des entreprises d’aider à la reconstruction de la cathédrale. Soit en s’indignant des montants alloués à l’église alors que d’autre surgnces existent, soit en râlant sur la possible notoriété des entreprises en mal d’images positives dans la société… D’autres, saluent au contraire le geste des grands groupes.

 

L’intérieur de la cathédrale a été durement touché…©LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Bien d’autres fleurons de l’économie française ont promis de l’argent pour Notre-Dame sans toujours se prononcer pour le moment sur des montants précis. C’est le cas notamment de Crédit Agricole (5 millions d’euros) , Société Générale, BNP Paribas, Crédit Mutuel et CIC. Il y a aussi le géant informatique français Capgemini (1 million d’euros). Le groupe Michelin a pris la décision de participer aussi. Il y aura aussi des dons en nature.
Groupama a annoncé offrir 1.300 chênes qu’il prélèvera dans ses forêts normandes et Air France a indiqué qu’elle assurera « le transport gratuit de tous les acteurs officiels qui participeront à la reconstruction ».

Quelques dons venus de l’étranger

Henry Kravis, co-fondateur du fonds d’investissement américain KKR, et son épouse Marie-Josée Kravis, ont annoncé contribuer « dès à présent » à hauteur de 10 millions de dollars (8,85 millions d’euros). C’est le premier don d’ampleur venu de l’étranger.

Lire aussi >À l’intérieur de Notre-Dame dévastée

Financièrement avantageux pour les contributeurs…

« Aujourd’hui dans le cadre de la loi mécénat il y a des réductions d’impôts de 60% pour les entreprises et de 66% pour les particuliers« , a rappelé le ministre de la Culture Franck Riester. Depuis la loi de 2003 destinée à favoriser le financement de la culture, les entreprises peuvent déduire 60% de leurs dépenses en faveur du mécénat, avec la possibilité de bénéficier d’un échelonnement de l’avantage fiscal sur cinq ans, dans une limite de 25% du don. La France dispose d’un mécanisme en faveur du mécénat d’entreprise parmi les plus incitatifs au monde.

Avec AFP. 

CIM Internet