Genderless nipples : des tétons « unigenre » sur Instagram

Genderless nipples : des tétons « unigenre » sur Instagram

Capture d'écran du compte Instagram GenderlessNipples. | © Capture d'écran Instagram

Société

En publiant des tétons en gros plan, trois étudiants pointent du doigt les règles sexistes appliquées sur les réseaux sociaux.

Qu’il soit gros, petit, poilu, frippé ou encore râpeux, un téton est un téton. Et qu’il soit masculin ou féminin, un téton… ça reste un téton. C’est le message que tentent de faire passer trois New-yorkais sur leur compte Genderless_Nipples. En partageant exclusivement des portraits serrés de mamelons, ils entendent dénoncer la politique « anti-téton » appliquée sur le réseau social.

Un peu de pudeur s’il vous plaît

Il faut dire qu’avec la nudité, Instagram ne rigole pas. Avec sa politique 100% prude, le réseau social a su faire parler de lui en bannissant toute photo ou vidéo de nu. Censurer les images pornographiques ou autres publications exhibitionnistes mal placées, on peut encore comprendre. Mais dans sa liste de contenus censurés, Instagram rajoute « les photos de tétons féminins« . Et c’est là qu’on se demande : pourquoi « que » féminins ? À croire que pour le réseau social, les femmes auraient les tétons plus obscènes que les hommes. Car sachez-le messieurs, si l’envie vous prend de laisser entre-apercevoir vos tétés sur Instagram, vous avez tous les droits. Autant que « les photos de cicatrices post-mastectomie et de femmes qui allaitent activement un enfant » et « la nudité dans les photos de peintures et de sculptures », Instagram autorise aussi les tétons virils.

 

Le téton « unigenre »

Un double standard que dénoncent Evelyne Wyss, Morgan-Lee Wagner et Marco Russo. Avec leur compte dédié aux tétons, ces trois étudiants en publicité pointent les limites des règles strictes d’Instagram. Cette démarche, inspirée par les propos sexistes du nouveau président Donald Trump, s’inscrit dans un débat qui fait rage aux États-Unis depuis la campagne présidentielle. Celui sur le droit des femmes et sur l’égalité des genres. Evelyne Wyss explique au Guardian ne pas être contre les règles mais estime « qu’elles doivent s’appliquer à tous les genres de la même manière ». « Les hommes peuvent montrer leurs tétons, les femmes sont censurées. Soutenez TOUS les genres ! Changeons cette politique ! » Avec ce message, les jeunes instagrameurs espèrent ouvrir un dialogue « ouvert et honnête » avec le réseau social.

 

Merry Nipples to all of you! ⭐️

A photo posted by Genderless Nipples (@genderless_nipples) on

My nipple isn’t sexual, your thoughts are. 🤘🏼💫

A photo posted by Genderless Nipples (@genderless_nipples) on

Quelle différence ?

Sur Genderless Nipples, on insiste surtout sur l’aberration de ne condamner que les tétons des femmes. La preuve en décembre dernier, lorsque Instagram avait censuré une photo représentant le mamelon… d’un homme ! Difficile de faire la différence entre l’un ou l’autre, même pour le réseau social pudibond. Pourquoi donc « s’embêter à interdire les tétons de femmes, s’ils peuvent être aussi ressemblants ? », questionnent les trois étudiants. Un débat qui fait écho au mouvement « Free The Nipple » qui depuis 2012, dénonce les règles d’utilisation sexistes appliquées sur les réseaux sociaux.

CIM Internet