À la télé koweïtienne, une sexologue affirme que l’homosexualité provient d’un ver intestinal (et ça ne choque personne)

À la télé koweïtienne, une sexologue affirme que l’homosexualité provient d’un ver intestinal (et ça ne choque personne)

homosexualité koweit

Image d'illustration. | © Unsplash / Sharon Mccutcheon

Société

Elle a même trouvé le remède : des suppositoires thérapeutiques.

 

Venant d’un pays qui expulse ses homosexuels à la pelle, rien d’étonnant – nous direz-vous. Après le « détecteur » de gays, le Koweït invente désormais le suppositoire anti-homosexualité. Le concept ? C’est une psychologue spécialisée en sexualité qui l’explique dans une émission de la chaîne du pays Scope TV.

Repérée par Slate, Mariam Al-Sohel n’est pas peu fière d’annoncer sa dernière découverte aux autres invitées du plateau. « Des suppositoires thérapeutiques qui freinent les envies sexuelles » des personnes homosexuelles. Traduite pas MEMRI (l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient) qui traduit les médias arabes, la spécialiste évoque l’homosexualité comme étant une maladie qui se transmet par le viol… et qui persiste si on la soigne pas. « Les désirs sexuels se développent quand une personne est agressée sexuellement. Ils persistent ensuite à cause de la présence d’un ver intestinal qui se nourrit de sperme. » Pour soigner l’infection, cette lauréate d’un doctorat sur « l’homosexualité et le harcèlement sexuel » a ainsi « créé des suppositoires – utilisables dans certains contextes – qui guérissent ces désirs en exterminant le ver qui se nourrit de sperme ».

Traitement spécifique

Devant la caméra, elle n’hésite pas à montrer ses produits miracles composés des « mêmes ingrédients [on se demande bien lesquels, ndlr] pour les deux sexes » mais conçus « de deux couleurs différentes ». Le « traitement » devant dès lors être accompagné d’un régime équilibré « afin de nettoyer le corps de ses poisons ». Pour les hommes, la spécialiste conseille notamment une alimentation qui « fortifie la masculinité » et « développe les muscles ». 

Bien que l’homosexualité soit illégale et passible de prison au Koweït, rappelons toutefois – comme le site Têtu « qu’aucune étude scientifique ne vient corroborer une telle hypothèse ».

CIM Internet