Paris Match Belgique

Gilets jaunes et forces de l’ordre font leur entrée dans le panorama de la haine sur Facebook

Entre janvier et mars 2019, la société Netino a analysé un échantillon de 15 000 commentaires pris aléatoirement | © BELGA PHOTO MAXIME ANCIAUX

Société

Un panorama présenté par la société Netino spécialisée dans la gestion des commentaires sur les articles des médias en fait le constat. Ce panorama de la haine, de l’agressivité et du racisme en ligne montre une envolée des débordements en France…

Par L.Dp

Depuis le début de l’année, selon cette étude récente, 14,3% des commentaires postés sur les pages Facebook des médias contiennent des propos haineux ou agressifs. Le phénomène est en hausse de plus d’un tiers par rapport à la même période 2018 où il était alors de 10,9%. Netino constate donc une hausse de 3,9 pts sur un an.

Comment s’est déroulée l’étude et sur quelle base ? Entre janvier et mars 2019, la société Netino a analysé un échantillon de 15 000 commentaires pris aléatoirement – avant modération – parmi 15 millions sur 25 pages Facebook de grands médias français (presse écrite nationale et régionale, radios, télévisions…). Netino gère les commentaires sur les articles directement ainsi que sur les réseaux sociaux de médias belges également. C’est le cas de la Dernière Heure, de la Libre Belgique, du journal Le Soir…

L’analyse montre que différentes catégories de population visées par les commentaires agressifs ou haineux sont soit en hausse, soit en baisse. L’agressivité contre les les musulmants (-1,5pts), les migrants (-1,2pts), la population d’orgine magrhébine (-0,8pts) ou d’une origine nationale autre (-0,5pts) ont baissé entre 2018 et 2019. A contrario, les attaques contre la communauté juive ont augmenté de 0,8 pts.

La police, les gilets jaunes et les politiciens en ligne de mire

Les forces de l’ordre (1,5 pts), non mentionnées en 2018, débarquent dans le classement. Il ne faut pas être grand clerc pour y voir la marque du mouvement des gilets jaunes et le résultat des violences observées et largement commentées lors des manifestations et grands rassemblements dans l’hexagone. Précisons que les gilets jaunes, forcément non mentionnés un an plus tôt, sont bien plus attaqués par les surfeurs (6,8 pts). Les attaques contre le politiciens connaissent une vraie poussée (+15,6 pts) pour un total de 30 commentaires agressifs ou haineux sur 1000. Là aussi, le mouvement des gilets jaunes et l’agacement d’une partie de la population française pour sa classe politique en est certainement une première explication.

Notons aussi que la sous-éducation supposée de certaines catégories et la mauvaise orthographe ont également mené à plus d’agressivité sur le réseau (0,5 pts). Les propos anti LGBT restent stables sur une année.

Il convient aussi de préciser que ce sont les insultes et l’agressivité dans les commentaires, sans pour autant s’attaquer à une catégorie spécifique de la population, qui restent les plus gros pourvoyeurs de débordements avec quelques 53 commentaires de ce type sur mille.

Lire aussi > Au Kenya, Facebook est utilisé pour traquer et tuer des jeunes malfrats présumés

La Belgique n’échappe pas à la spirale nauséabonde

En mars dernier, l’Unia, l’administration fédérale Egalité des chances et la chancellerie, sortait ces chiffres pour l’année 2018. Avec un constat assez clair: les dossiers pour racisme ouverts par Unia ont augmenté de 55% en cinq ans… Entre 2017 et 2018, l’augmentation s’est chiffrée à 11%. L’an dernier, un tiers des incidents signalés à Unia avaient trait au racisme. Et près d’un quart ont eu lieu dans les médias et sur internet, dont 40% sur Facebook.

30 000 modérateurs pour la planète Facebook

AP Photo/Marcio Jose Sanchez, File

Dans un article du Parisien, qui s’est entretenu longuement avec le boss de Facebook France, on apprend ainsi que quelques 30.000 personnes suent chaque jour pour examiner les contenus signalés parmi les centaines de millions de contenus, textes, photos et vidéos, diffusés sur Facebook. Le nombre de ces responsables de la sécurité et modérateurs auraient largement augmenté ces dernières années.

On y apprend également que l’intelligence artificielle agit de façon proactive et non sur signalement, afin de bloquer certains contenus sur le réseau social. De janvier à juin 2018, Facebook a évacué 12 millions de contenus, posts, photos ou vidéos liés au terrorisme. Le géant américain travaille de manière identique sur les contenus pornographiques et pédo pornographiques. Il y a néanmoins une limite à ce filtrage technologique : les contenus vidéo diffusés en direct comme le massacre perpétré en Nouvelle Zélande, à Christchurch.

CIM Internet