Le premier urinoir féminin : Quand l’égalité des sexes passe aussi par les toilettes publiques

Le premier urinoir féminin : Quand l’égalité des sexes passe aussi par les toilettes publiques

urinoir

Une femme testant Lapee. | © Lapee

Société

On connaissait déjà vaguement ce gadget en caoutchouc permettant aux femmes d’uriner debout. Voici aujourd’hui Lapee, le premier urinoir mobile féminin. Pour plus d’égalité et de sécurité dans l’espace public.

Alors que les hommes se soulagent rapidement dans un urinoir ou même sur un buisson, les femmes doivent, elles, trouver toute une série de tactiques pour pouvoir urinoir dans l’espace public. Lorsque les toilettes ne sont pas payantes ou inaccessibles aux non-clientes chez les commerçants, elles doivent patienter dans la file d’attente interminable, faire des squats pour ne pas toucher la planche à l’hygiène déplorable ou pisser entre deux voitures. Dans ce dernier cas, l’aide d’une ou deux amies est toujours la bienvenue pour faire le guet. Mais cette injustice serait-elle bientôt de l’histoire ancienne ? Au Concours Lépine 2019, organisé à la foire de Paris, une architecte française présente une invention révolutionnaire : Lapee, le premier urinoir mobile féminin.

Lire aussi > Aux Pays-Bas, les femmes dénoncent le sexisme des toilettes publiques

Âgée de 25 ans, Gina Perier souhaite généraliser l’usage de sa création déjà en place dans un bar de Copenhague dans différents « lieux de vulnérabilité » pour les femmes, tels que les festivals, mais aussi les camps de réfugiés et les zones sinistrées. Mais cette invention vise également à rétablir un équilibre entre les femmes et les hommes en matière de toilettes publiques. « L’urinoir est le seul objet au monde qui est propre à l’homme et qui, jusqu’ici, n’existe pas en version féminine. Pourquoi ? », s’interroge dans Libération l’inventrice, associée à l’architecte danois Alexander Egebjerg, avant d’y répondre : « Un ted talk récent démarre par la phrase: ‘vous vous êtes jamais demandé pourquoi les femmes sont toujours dans des files d’attente pour les WC ? Parce que c’est un monde dessiné par les hommes’. Une autre réponse est que le pipi des femmes est assez tabou. Elles sont souvent appelées par le terme misogyne de ‘pisseuses’ ».

S’il existe déjà dans le commerce des pisse-debout, un accessoire conique qui se place entre les jambes, idéal lors de randonnées, Gina Perier a créé la première version féminine de l’urinoir mobile masculin tel qu’il est répandu dans tous les lieux et événements publics. À la seule différence qu’il est dessiné pour les femmes, Lapee est conçu de la même manière qu’un urinoir masculin et se maintient et se nettoie de la même façon. « C’est une plateforme surélevée de trois places, directement connectable à un système d’évacuation et qui contient un grand réservoir de 1 100 litres – soit l’équivalent de trois femmes qui urineraient en continu pendant 48 heures », détaille l’architecte française résidant au Danemark.

Lire aussi > Les stratégies pour trouver le trône le plus propre des toilettes publiques

Gina Perier affirme que « économiquement, tout le monde serait gagnant ». En effet, les organisateurs d’événements verront leur vente de boissons augmenter si les femmes ne sont plus obligées de se retenir, de restreindre leur consommation et d’attendre durant de longues minutes dans les files d’attente des « Cathy Cabines » souvent repoussantes où elles sont largement majoritaires. L’inventrice de Lapee assure que, en moyenne, « il faut trois minutes par personne pour utiliser une toilette une fois à l’intérieur », alors qu’il suffit de 30 secondes avec un urinoir.

Urinoir protecteur

Au delà de l’intérêt économique et hygénique, Lapee apporte également une solution protectrice pour les femmes. Doté de parois hautes de 1,65 m, l’urinoir est conçu afin d’éviter un sentiment de vulnérabilité pour les femmes en position accroupie. « Sachant qu’il y a eu beaucoup de cas de violences envers les femmes derrière les portes des toilettes, et plutôt que de devoir faire pipi entre deux voitures par urgence, Lapee pourrait être une solution bien plus hygiénique et protectrice à adopter », confie l’architecte qui assurme que personne ne peut regarder par dessus grâce à la marche qui surélève l’urinoir. L’autre petit plus ? Lapee est fabriqué en polyéthylène, 100% recyclable, empilable au transport, et n’utilise pas d’eau. Une invention écoresponsable dont il sera difficile de se passer dans les festivals cet été.

CIM Internet