Paris Match Belgique

Des singes aident un touriste à survivre dans la jungle amazonienne

Maykool Coroseo Acuña clame avoir été sauvé par des singes... et par Dieu. | © AFP PHOTO / Christophe SIMON

Société

En Bolivie, un homme qui était perdu dans la forêt amazonienne pendant neuf jours, clame avoir été sauvé par des singes, qui lui auraient apporté à boire et à manger chaque jour, depuis sa disparition.

 

L’histoire que rapporte le magazine National Geographic est étonnante et empreinte de mysticisme. Alors qu’il passait un séjour dans le parc national Madidi, organisé par le guide de voyage Max Adventures, Maykool Coroseo Acuña se serait mystérieusement égaré dans la jungle. Un après-midi, le Chilien de 25 ans part visiter la forêt avec son groupe et une accompagnatrice, avant de retourner au camp qui se trouve près de la rivière Tuichi. À son retour, Feizar Nava – la guide – le trouve très excité, même « étrange », précisant que son visage « n’avait pas l’air normal ».

Voir aussi > Des chercheurs capturent toute la beauté du volcan Kilauea

Peu après, le jeune homme refuse de rejoindre les autres voyageurs qui participent à une cérémonie traditionnelle qui avait pour but de remercier Pachamama (Mère Nature, ndlr) de les laisser pénétrer dans la forêt. Selon la guide, ceux qui manquent de respect à Pachamama peuvent subir la colère d’un esprit maléfique appelé Duende et ainsi devenir « fous ».

C’est à ce moment que le groupe perd la trace de Maykool, comme s’il s’était évaporé dans la nature.

©AFP PHOTO / AIZAR RALDES – L’entrée du parc de Madidi.

« Pour moi et les rangers, c’est notre culture […] Nous pensons que Duende est réel. Et nous croyons qu’il est possible que Maykool ait été emporté par lui », a déclaré le directeur du parc Marcos Uzquiano, alors que pas un seul visiteur n’avait été porté disparu depuis quinze ans.

Une chaussette boueuse

Les rangers se mettent alors à la recherche du jeune homme, en vain. C’est seulement au bout de six jours qu’ils trouvent un indice : une chaussette boueuse. Des chamans avaient été invités au camp Max Adventures pour tenter de localiser l’homme perdu. Ceux-ci avaient déclaré : « Il est très loin, dans un endroit où on ne peut l’atteindre », avant d’affirmer que la trouvaille les aiderait à « ramener son âme » en des terres plus hospitalières.

Lire aussi > Nouvelle-Zélande : une rivière va obtenir le même statut légal qu’une personne

Neuf jours après sa disparition, grâce à un cri, les rangers ont retrouvé l’homme, à quelques centaines de mètres seulement du camp. Mordu et piqué, il a déclaré aux sauveteurs avoir été maintenu en vie grâce à des singes qui lui auraient apporté des fruits et de l’eau. Incapable de retrouver la rivière, il avait suivi le groupe de singes, qui lui avait donné sa protection.

©ANGELOLUCAS/WOSTOK PRESS

Il a également raconté les détails de sa fuite, précisant que « des pensées étranges et terribles » avaient commencé à le hanter. « J’ai commencé à courir, je portais des sandales et je me suis dit « non, elles vont me ralentir ». J’ai jeté les sandales, puis mon téléphone et ma lampe de poche. Et après avoir couru, je me suis arrêté sous un arbre et j’ai commencé à penser. Qu’est-ce-que j’avais fait, que faisais-je ? Et quand je voulais revenir, ce n’était plus possible », a-t-il au magazine.

Un précédent mystérieux

Pour les rangers, la disparition étrange de Maykool ressemble beaucoup à celle d’un autre cas célèbre. En 1981, un touriste israélien, Yossi Ghinsberg, avait été porté disparu dans la jungle bolivienne durant trois semaines. Son histoire avait donné naissance au best-seller Back from Tuichi, qui sera bientôt porté à l’écran sous le titre Jungle, avec Daniel Radcliffe.

Lire aussi > Le gouvernement chilien reçoit la plus grande donation de terres privées de l’histoire

Trente ans auparavant, Yossi Ghinsberg avait ainsi également disparu près de la rivière Tuichi, un torrent uniquement accessible par bâteau, à des kilomètres de la ville la plus proche.

CIM Internet