États-Unis : Denver dépénalise les champignons hallucinogènes

États-Unis : Denver dépénalise les champignons hallucinogènes

Le référendum s'est joué à 2000 votes près ! | © Unsplash/Nathan Riley

Société

Mercredi, la ville de Denver dans le Colorado a dépénalisé la possession et la consommation de champignons hallucinogènes. Une première aux États-Unis.

Appelés à se prononcer par référendum, les habitants de la ville ont voté à une courte majorité pour la dépénalisation de ces champignons « magiques », avec 50,56% favorable et 49,44% contre. Le but ? Concentrer les efforts de la police sur d’autres priorités et reconsidérer les effets de ces champignons.

« Decriminalize Denver »

Denver est devenue ce mercredi la première ville des États-Unis à dépénaliser la consommation des champignons hallucinogènes. Au total, près de 176 000 électeurs se sont rendus aux urnes après que le groupe Decriminalize Denver, qui est à l’origine de cette « initiative 301 » de dépénalisation, ait recueilli assez de signatures pour mettre en place un référendum. Avec ce vote favorable, l’arrestation des personnes de plus de 21 ans pour possession et consommation de ces champignons à psilocybine n’est plus la priorité des forces de l’ordre de la ville de Denver. Pour autant ces champignons resteront illégaux et leur vente est elle aussi toujours interdite.

Lire aussi > Faut-il dépénaliser les champignons hallucinogènes ?

C’est le discours du groupe Decriminalize Denver qui a semble-t-il séduit les électeurs : « Personne ne devrait aller en prison, perdre ses enfants, son travail et ses droits de citoyen pour avoir utilisé un champignon. Une arrestation, c’est trop pour quelque chose qui présente des risques si faibles et gérables pour la plupart des gens, par rapport à ses avantages potentiels, » peut-on lire sur leur page web.

Champignons
Affiche du mouvement Decriminalize Mushrooms. © Capture d’écran Instagram / @decriminalizedenver

Côté opposition, certains regrettent le laxisme de la ville vis-à-vis de ces drogues. Jeff Hunt, un responsable de l’université catholique du Colorado, avait notamment regretté auprès de CNN que « Denver (soit) en train de devenir la capitale mondiale de la drogue ». En 2005, la ville était déjà devenue la première grande ville Américaine à légaliser par référendum la possession de petites quantités de cannabis. Depuis 2014, l’usage récréatif de cannabis est légal dans tout l’État du Colorado.

Qu’est-ce que la psilocybine, le principe actif de ces champignons ? 

Selon le gouvernement des Etats-Unis, près de 22,8 millions d’Américains ont utilisé la psilocybine au moins une fois. Connue pour ses effets hallucinogènes, elle aurait aussi, selon plusieurs études disponibles sur le site de Decriminalize Denver, de nombreuses vertus.

Lire aussi > Comment les drogues psychédéliques pourraient soigner des maladies mentales 

Par exemple, elle n’est pas considérée comme addictive et peut permettre de lutter contre la dépression selon une étude dans la revue Nature. Mieux encore, ce principe actif permettrait de lutter contre la dépendance aux antalgiques opiacés, ces antidouleurs qui ont causé en 2017, près de 71 568 décès par overdose selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

La dépénalisation de ces champignons permettra par ailleurs de réaliser d’autres enquêtes approfondies sur les effets sur le long terme de leur consommation.

CIM Internet