Amputé, Ahmad, 5 ans, émeut la toile avec sa nouvelle prothèse

Amputé, Ahmad, 5 ans, émeut la toile avec sa nouvelle prothèse

Ahmad

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le petit garçon était heureux. | © AFP

Société

Amputé de la jambe depuis ses huit mois, le petit Ahmad, aujourd’hui âgé de cinq ans, a ému la toile en opérant une danse de la joie lorsqu’il a reçu sa nouvelle prothèse.

Comment garder le sourire face à l’adversité ? Un petit Afghan de cinq ans, Ahmad a sans doute la réponse. Mains en l’air, pas en rythme, tours sur lui-même, énorme sourire sur le visage, lorsqu’il a reçu sa nouvelle prothèse, le petit garçon amputé de la jambe depuis l’âge de huit mois, a exprimé sa joie en dansant dans l’hôpital où il se trouvait. Sa vidéo est devenue virale et a ému l’Afghanistant et toute la toile. Sa joie communicative donne envie de rire. Pourtant, l’enfant a perdu sa jambe lorsqu’il était âge de quelques mois à peine, touché par une balle perdue. il a dû être amputé, encore bébé, sous le genou.

Lire aussi > De l’Afghanistan au Cambodge, quand le skateboard change des vies

C’est la quatrième prothèse que l’enfant reçoit. Sa première, il l’a reçue à l’âge d’un an. Vu sa croissance rapide, il doit régulièrement en changer pour que sa jambe artificielle s’adapte à sa nouvelle taille et à ses activités. Car Ahmad n’a pas l’air d’être de ceux qui restent assis à l’intérieur sans rien faire. Et puis, c’est un enfant de cinq ans. « Parce que c’est un enfant et qu’il veut jouer, il veut avoir une jambe et s’adapte donc plus vite. Il ne veut pas juste rester assis à l’intérieur », a résumé Semeen Sarwari, la physiothérapeute interrogée par l’AFP dans un centre orthopédique de la Croix-Rouge à KaboulEn à peine trois jours, la vidéo filmée par Mulkara Rahimi, la physiothérapeute de l’établissement qui l’a filmé, a été vue plus d’un million de fois. « Il était si heureux de sa nouvelle prothèse, je voulais juste avoir un souvenir de ce bonheur. C’est pour cela que j’ai posté cette vidéo ». 

Ahmad
Le petit Ahmad, jouant avec sa nouvelle prothèse. ©AFP

Atteint par des balles

Rayeesa, la mère de l’enfant, se souvient. « Ma fille était dehors avec lui alors qu’il n’avait que huit mois et ils ont été atteints par des balles », rapporte l’AFP. Ils habitent  la province de Logar, au sud de Kaboul. Les deux enfants ont eu des séquelles. Salima, la sœur d’Ahmad a, elle aussi, été handicapée. Selon les Nations unies, 3804 civils ont été tués en Afghanistan en 2018, dont plus de 900 enfants.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a enregistré pas moins de 178 000  patient avec des handicaps, rien qu’en Afghanistant. Parmis ceux-ci, on compte 46 100 personnes amputées depuis que les blessures ont commencé à être comptabilisée en 1988, rapporte The Guardian. En Afghanistan, plus d’un million de personnes souffrent d’un handicap, la plupart du temps suite à des blessures causées par les quatre décennies de guerre. La Croix-Rouge indique que la perte d’un membre est due aux mines ou à des explosifs improvisés, notamment. En devenant virale, la vidéo a aussi permis d’attirer l’attention de la population mondiale sur ce centre de la Croix-Rouge a indiqué son directeur  Alberto Cairo, au Washington Post.

Ahmad
Ahmad et sa nouvelle prothèse attend près de sa maman. © AFP
CIM Internet