Paris Match Belgique

Procès Eternit : Les scandales à répétition de l’amiante

Vidéo Société

Pour la famille Jonckheere, le procès d’Eternit était surtout l’occasion de démontrer les dangers de l’amiante, qui tue chaque année en Belgique et ailleurs. À la recherche de celle que l’on appelle « la poussière du diable ».

 

Ce mardi 28 mars 2017, la cour d’appel bruxelloise a estimé dans son arrêt que l’entreprise Eternit savait depuis les années 70 que l’amiante était hautement cancérigène et par conséquent, n’a pas pris les mesures de sécurité adéquates afin de protéger ses travailleurs ainsi que les riverains de l’usine.

Les dommages et intérêts d’un montant de 250 000 euros accordés à la famille en première instance ont toutefois été ramenés à 25 000 euros par la cour. Les victimes se sont néanmoins dit satisfaites de l’arrêt.

Si la société Eternit peut toujours se pourvoir en cassation, la confirmation de la condamnation sonne néanmoins comme la fin d’un périple judiciaire pour la famille Jonckheere dont le père, la mère et deux des fils sont décédés d’un cancer lié à des expositions à l’amiante. L’un des fils, qui portait ce procès en mémoire de ses proches perdus, entendait surtout respecter l’une des dernières volontés de sa mère, à avoir de lever le voile sur « une omerta » liée à l’amiante qui sévissait dans leur ville, et les dangers de celle-ci.

Lire aussi > Le Belge doit craindre les dégâts de la « maladie du soda »

(Avec Belga)

CIM Internet